Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Nos initiatives > Zoom sur des initiatives du Groupement Optic 2000 > AUDIO 2000 et la prévention santé auditive en entreprise

AUDIO 2000 et la prévention santé auditive en entreprise

Le réseau AUDIO 2000 propose des interventions de sensibilisation aux risques et de dépistage des troubles auditifs en entreprise. Une mesure pertinente, à l’heure où beaucoup de Français ignorent les méfaits d’un travail prolongé dans un environnement bruyant.

Charpentier qui coupe du bois avec un casque de protection contre le bruit

©KatarzynaBialasiewicz

Alors que 79 % des Français se disent souvent gênés par le bruit au travail, moins d’un sur deux est conscient que le bruit peut générer une surdité définitive ou des acouphènes. Le stress et la baisse de concentration sont au contraire relativement bien identifiés en entreprise : 79% des Français se disent gênés par le bruit pour suivre les conversations, 20% perdraient plus de 30 minutes par jour à cause du bruit et 88% pensent qu’une meilleure gestion du bruit permettrait d’améliorer leur qualité de vie au quotidien. En effet, sur le lieu de travail, l’ouïe est particulièrement sollicitée sur les chaînes de production, au bureau, en réunion, au téléphone…

C’est pourquoi les audioprothésistes AUDIO 2000 ont décidé de proposer des interventions en entreprise, adaptées aux problématiques spécifiques de chaque activité. « Certains audioprothésistes du réseau le proposaient déjà au cas par cas. Aujourd’hui, la démarche est harmonisée grâce à des supports partagés », raconte Benjamin Prudhomme, audioprothésiste AUDIO 2000 à Clamart.

Des interventions sur-mesure pour les salariés

Les interventions peuvent concerner tout type d’entreprises, de l’industrie métallurgique ou sidérurgique au bâtiment, en passant par les sièges sociaux où les salariés subissent des environnements bruyants en open space. « Dans certaines industries, la mise à disposition de protections auditives est obligatoire. Il n’est pas superflu néanmoins de rappeler les risques d’une forte exposition au bruit et les avantages à bien porter les PICB, les protecteurs individuels contre le bruit », rappelle Benjamin Prudhomme. En pratique, l’intervention de l’audioprothésiste peut être réalisée sous forme d’ateliers participatifs avec les salariés. Elle peut aussi prendre la forme de conférences sur les bons gestes à adopter pour gagner en confort auditif au travail, sur des thématiques à choisir par l’entreprise, comme le vieillissement de l’oreille ou la prévention des pertes auditives. « Il n’y a pas une intervention unique. Elle est discutée et adaptée avec le Comité d’entreprise et les ressources humaines », précise l’audioprothésiste.

Homme qui anime une conférence devant un public

©g-stockstudio

En plus de ce volet d’information et de prévention, l’intervention peut comporter une simulation de perte auditive, mais des possibles tests auditifs auprès des salariés. « Il nous est facile de transporter un ordinateur portable avec un audiomètre pour réaliser des audiogrammes sur place. Cependant, il s’agit seulement d’un premier test et nous recommandons de repasser en cabinet anéchoïque, une salle homologuée, pour une mesure précise des pertes auditives », prévient le spécialiste.

L’audioprothésiste : un rôle de prévention au quotidien

Peu d’entreprises pensent spontanément à ce type d’intervention. « Les troubles auditifs sont mal perçus dans notre société, où l’on a plutôt tendance à vouloir les cacher. Il est primordial que nous, spécialistes de l’audition, jouions ce rôle de sensibilisation » ajoute Benjamin Prudhomme. Lui est par exemple intervenu dans un centre aquatique à Beauvais, sur les risques d’inflammations voire d’infections liés aux séjours prolongés dans l’eau. L’accueil a été très positif : « J’ai rencontré une quinzaine de personnes, parmi lesquelles deux ou trois sont revenues me voir pour de plus amples renseignements. Ces personnes étaient plutôt jeunes et non sujettes à des pertes auditives ».

« L’idée de ces interventions n’est pas de vendre de l’appareillage mais vraiment de faire de la prévention. C’est une vraie posture, que j’applique également en magasin. Il vaut mieux intervenir tôt, avec de la prévention, puis éventuellement un appareillage dès le début de la presbyacousie, plutôt que de devoir faire face à un travail beaucoup plus complexe 20 à 30 ans plus tard, avec moins de plasticité cérébrale et une incorporation plus difficile des appareils dans les schémas corporels et psychiques » affirme le spécialiste. Une posture qui devrait également convaincre les entreprises, soumises à l’obligation de mettre en place des plans de prévention santé et sécurité pour leurs salariés.

 

Les opticiens Optic 2ooo, eux aussi, interviennent en entreprise pour sensibiliser les salariés à la santé visuelle au travail.

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.