Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Nos initiatives > Zoom sur des initiatives du Groupement Optic 2000 > AUDIO 2000 : la prévention auditive s’invite aux Francofolies de la Rochelle

AUDIO 2000 : la prévention auditive s’invite aux Francofolies de la Rochelle

Du 10 au 14 juillet, le festival des Francofolies battra son plein à la Rochelle. Partenaire de cet événement, AUDIO 2000 organise pendant ces 5 jours, une distribution de bouchons d’oreilles aux cent cinquante mille festivaliers. Les audioprothésistes de l’enseigne partageront également les bons gestes à adopter pour préserver son audition et proposeront des tests auditifs gratuits.

©Klaus Vedfelt

Profiter du plaisir de la musique sans altérer son audition, c’est le défi des amoureux de concerts et festivals. Au-delà de 85 dB, les sons peuvent devenir dangereux pour nos oreilles. Plus l’intensité acoustique est élevée, plus le risque est grand. C’est pour cette raison que la législation en vigueur impose aux baladeurs de ne pas dépasser 100 dB et aux discothèques de limiter la puissance de leurs enceintes à 102 dB. Ce niveau sonore est également celui imposé à toutes les manifestations musicales publiques. Le décret relatif à la prévention des risques liés aux bruits et aux sons amplifiés (Décret n° 2017-1244), en vigueur depuis août 2017, limite le niveau sonore à 102 dB pendant 15 mn et 118 dB en niveau de crête (bruits intenses mais courts). Pour les événements destinés aux enfants, cette limite est abaissée à 94 dB. À noter que l’échelle des dB n’est pas linéaire : ajouter 3 dB consiste à multiplier par deux la puissance émise. Un son à 83 dB est deux fois plus fort qu’un son à 80 dB… Et si on ajoute encore 3 dB (86 dB), on double encore l’intensité !

Le saviez-vous ?
– 10 dB :
le premier niveau sonore perceptible par l’oreille humaine
– 75 dB : le niveau sonore à partir duquel il y a nuisance (télévision, téléphone…)
– 85 dB : le niveau sonore à partir duquel il faut porter une protection auditive (tondeuse à gazon, moto…)
– 120 dB : le niveau sonore à partir duquel la douleur apparaît (n’attendez pas d’en arriver là, il est souvent trop tard)

Gare à la surdité

Le bruit peut entraîner des lésions définitives des cellules ciliées, cellules sensitives très fragiles situées dans l’oreille interne. Ces cellules transforment la vibration reçue du tympan (onde sonore) en message électrique, qui est transmis au cerveau par le nerf auditif. Elles sont un point de passage indispensable de la perception d’un son. Une fois détruites, les cellules ciliées ne se renouvellent pas. Autrement dit, si un traumatisme sonore les a altérées, la perte auditive est permanente.
Autre risque, cette musique amplifiée est également « compressée » (voir l’interview de Christian Hugonnet), perdant ses nuances, son timbre et ses silences. Or lorsqu’une musique est ainsi compressée, l’énergie qu’elle véhicule est accrue ainsi que sa nocivité pour l’oreille.

Des sons intolérables

Si le bruit peut entraîner une perte auditive irrémédiable, d’autres conséquences moins connues sont tout aussi handicapantes : l’hyperacousie et les acouphènes. L’une et l’autre traduisent un dysfonctionnement du système auditif, et des erreurs de décodage des stimulations sonores. L’hyperacousie se caractérise par une perception modifiée de l’intensité d’un bruit. Pour certaines personnes, même une conversation douce ou le simple froissement d’un papier seront perçus comme une agression sonore. La vie peut rapidement devenir un enfer quand le moindre bruit est amplifié. Très fréquents également, les acouphènes sont des perceptions fantômes : sifflement, sonnerie, chuintement, bourdonnements… De nombreuses personnes souffrent ponctuellement d’acouphènes. C’est désagréable mais c’est supportable. Pour d’autres, ces nuisances sonores sont permanentes. Comme les hyperacousies sévères, les acouphènes permanents peuvent impacter très lourdement la qualité de vie, le sommeil, au point de provoquer de véritables dépressions. 8 % des français de plus de 15 ans se disent souffrir d’hyperacousie et 10 % souffrent fréquemment ou en permanence d’acouphènes .

Des bouchons indispensables

Pour éviter que les festivaliers de la Rochelle soient victimes de tels troubles, les audioprothésistes AUDIO 2000 s’engagent. L’enseigne rappelle les précautions à prendre de manière impérative pour éviter de mettre ses oreilles en danger tout en profitant des festivités :

  • s’éloigner des enceintes ;
  • faire des pauses de 30 minutes toutes les deux heures ou 10 minutes toutes les 45 minutes à l’extérieur ou dans une zone calme ;
  • porter des bouchons d’oreilles. Certains de ces bouchons réalisés en silicone sont fabriqués sur mesure et équipés d’un filtre acoustique. Ils protègent des sons à risque sans altérer les sons environnants ni la perception de la parole. Pour ceux qui ne possèdent pas de telles protections auditives, il est conseillé de se munir de bouchons standards (en mousse, en silicone ou en cire). L’enseigne AUDIO 2000 prévoit de distribuer pas moins de 20 000 bouchons à l’occasion du festival de la Rochelle.

Si le soir d’un concert vous avez l’impression d’avoir de la « ouate » dans vos oreilles ou si des acouphènes apparaissent, consultez en urgence un ORL. C’est un signe d’alerte ! Des traitements immédiats (cortisone, vasodilatateur, oxygénothérapie…), visant à calmer l’inflammation peuvent aider l’oreille à recouvrir de son traumatisme. Muni de ces conseils, vous pourrez passer un bel été et profiter sans risque des soirées musicales et des festivals.

Le saviez-vous ?
Certains médicaments ototoxiques potentialisent l’effet nocif du bruit sur l’oreille. L’alcool et les drogues également. Les autres dangers de l’été. Notre tympan est très sensible aux variations de pression. Dans l’eau, la pression du vent ou des profondeurs peuvent créer des barotraumatismes irréversibles. Par sécurité, il est recommandé de plonger avec des bouchons d’oreilles et de se couvrir les oreilles avec une hotte en néoprène en cas de vent. En avion, la baisse de pression en altitude entraîne une compression les tympans. Dans ces cas-là, la Manœuvre de Valsalva qui consiste à se pincer le nez en soufflant peut vous soulager.

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.