Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Nos initiatives > Zoom sur des initiatives du Groupement Optic 2000 > Les audioprothésistes AUDIO 2000 formés à la prise en charge des acouphènes

Les audioprothésistes AUDIO 2000 formés à la prise en charge des acouphènes

Face à la spécificité de la prise en charge des patients acouphéniques, AUDIO 2000 a décidé de mettre en place une formation certifiante à destination de ses audioprothésistes. Aujourd’hui, déjà un tiers du réseau a été formé pour répondre aux besoins des patients par le dépistage, l’appareillage et l’accompagnement dans la prise en charge.

©Halfpoint Images

L’audioprothésiste est souvent l’un des premiers professionnels de santé que le patient acouphénique rencontre. En effet, l’acouphène, perception auditive de type sifflement ou grésillement sans stimulation externe, s’accompagne dans 80 % des cas d’une perte auditive. Alors que 10 % de la population française sont sujets aux acouphènes, seuls 30 % d’entre-eux ont osé recourir à un professionnel de santé pour tenter de corriger ce désagrément[1], qui peut s’avérer particulièrement sévère dans 1 % des cas[2]. 

« Face au désarroi de beaucoup de patients acouphéniques qui ne trouvent pas de solution, nous avons décidé chez AUDIO 2000 de nous engager dans la prise en charge de ce trouble auditif », explique Marie Legrand, audioprothésiste et directrice du réseau national AUDIO 2000. « Notre objectif est de former au moins 70 % de notre réseau. Lors de notre première session certifiante en octobre, nous avons déjà pu former 33 % de nos audioprothésistes », s’enthousiasme-t-elle. 

Des compétences techniques fines

Les audioprothésistes ont un rôle important à jouer dans la prise en charge des patients acouphéniques, bien que leur formation initiale reste aujourd’hui lacunaire à ce sujet. La formation AUDIO 2000 a d’ailleurs pour objectif de faire évoluer le regard des professionnels sur la question. « Certains audioprothésistes peuvent encore avoir des préjugés sur les acouphènes, notamment que leur prise en charge serait chronophage et qu’il n’y aurait pas de solution à apporter aux clients », explique Marie Legrand. Pourtant c’est tout le contraire. « L’acouphène étant souvent causé chez les jeunes par une perte auditive précoce liée à un traumatisme auditif, notre implication pour cette pathologie passe également par de la prévention auditive », précise-t-elle. Pour Ambroise Bouclet, audioprothésiste AUDIO 2000 installé depuis deux mois à Étaples-sur-Mer (Pas-de-Calais), se lancer dans cette formation était une évidence. « Avant d’ouvrir mon propre magasin, lorsque j’étais employé, j’avais déjà constaté une demande énorme sur les acouphènes, émanant de clients plus jeunes que le reste de la clientèle. Je prenais déjà en charge ces troubles mais j’avais parfois l’impression d’être à court de solutions ». 

La formation lui a depuis permis d’échanger avec des experts sur la question et de renforcer ses pratiques techniques. « Nous avons pu bénéficier de l’intervention d’un fournisseur d’audiomètres, un outil qui nous permet de réaliser une mesure d’acouphénométrie auprès de nos clients. Nous avons aussi entendu les expertises des fournisseurs de prothèses auditives, qui proposent des solutions techniques telles que des sons masqueurs, réglés sur les fréquences des acouphènes. Cela m’a notamment permis d’affiner certains réglages manuels afin de vraiment m’adapter à chaque situation », apprécie-t-il.

Un accompagnement pour le patient acouphénique

©Business / AUDIO 2000

La formation a surtout été l’occasion de passer en revue tous les professionnels et réseaux de prise en charge qui existent autour des acouphènes. Le réglage de l’aide auditive et/ou la thérapie sonore mise en place par l’audioprothésiste ne suffisent pas toujours pour masquer l’acouphène ou le rendre plus tolérable. D’autres pistes peuvent alors être envisagées pour compléter la prise en charge. « Nous avons convié à la formation des ORL spécialisés, des sophrologues, des ostéopathes et des psychologues, qui nous ont exposé les différentes thérapies cognitives et comportementales qui peuvent aider le patient à ne plus focaliser son attention sur l’acouphène. Des chercheurs nous ont également présenté les dernières thérapies innovantes », précise Marie Legrand. La plupart de ces spécialistes travaillent en réseau au sein de l’Afrépa (Association francophone des équipes pluridisciplinaires en acouphénologie). 

« Mon objectif, tout comme celui de mes collègues ayant suivi la formation, va maintenant être de me rapprocher du réseau de l’Afrépa et notamment d’un ORL spécialiste des acouphènes dans ma région, ainsi que d’autres professionnels impliqués, comme des sophrologues. Ainsi, il sera plus aisé d’orienter des clients en recherche de solutions lorsque nos techniques atteignent leurs limites », affirme Ambroise Bouclet. 

C’est dans cette optique d’accompagnement du client dans un circuit vertueux de prise en charge que l’enseigne AUDIO 2000 vient de lancer une campagne d’information à destination des personnes souffrant d’acouphènes, pour les inviter à venir se faire dépister chez leur audioprothésiste. « Je pose maintenant systématiquement la question de la présence ou non d’acouphènes dès la première consultation car beaucoup de clients pensent encore qu’il n’existe pas de solutions et qu’il est inutile d’en parler », illustre Ambroise Bouclet. « Il est de notre responsabilité d’apporter une réponse aux demandes de patients en souffrance ».

 

[1] Enquête IFOP – JNA 2018. Les phénomènes des acouphènes et de l’hyperacousie. https://www.ifop.com/publication/les-francais-et-les-phenomenes-des-acouphenes-et-de-lhyperacousie/
[2] Inserm. https://www.inserm.fr › dossiers-information › acouphenes 

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.