Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Nos initiatives > Zoom sur des initiatives du Groupe Optic 2000 > Bilan de l’audition en magasin : un repérage gratuit pour faire le point

Bilan de l’audition en magasin : un repérage gratuit pour faire le point

Les audioprothésistes AUDIO 2000 réalisent des bilans auditifs gratuits pour évaluer d’éventuelles pertes auditives. Une première étape qui doit être complétée par un diagnostic médical avant tout appareillage mais qui permet déjà de sauter le pas.

Une cliente réalise un test auditif dans un centre AUDIO 2000.

© AUDIO 2000

« Mes clients arrivent par deux voies : soit directement car ils sont gênés par une baisse d’audition ou que leur entourage leur a fait des remarques, soit à la suite d’une visite chez un médecin ORL », raconte Sandra Amegée, audioprothésiste AUDIO 2000 à Orléans. Dans le second cas, puisqu’ils possèdent déjà une prescription médicale obligatoire, les choses peuvent aller vite et les clients repartent en général rapidement avec une aide auditive adaptée. Dans le premier cas par contre, ils devront compléter leur visite par un rendez-vous chez l’ORL. « C’est un premier point de l’état de son audition, avant un diagnostic médical complet ».

Perception, seuil de douleur et compréhension

À l’arrivée en magasin, après obtention d’un rendez-vous le plus souvent dans la semaine, un bilan auditif gratuit est systématiquement proposé. Il dure une demi-heure. Les clients sont de tout âges. « J’ai des enfants très jeunes, de deux ans parfois, dont les parents peuvent s’inquiéter d’un manque de réactivité, mais aussi des personnes très âgées », détaille l’audioprothésiste. En premier lieu, le spécialiste procède à l’anamnèse : il détaille l’histoire auditive avec le client. Sont consignées les otites, les opérations de l’oreille, les professions à risques ou les loisirs bruyants, les antécédents familiaux.

Dans un second temps, un contrôle auditif en trois étapes, l’audiométrie tonale et vocale, est réalisé. À l’aide d’un casque, des sons d’intensité croissante sont présentés au client. Celui-ci doit indiquer le moment où il entend un son pour la première fois, il s’agit du seuil de perception auditive. Puis, il doit indiquer le moment où le son devient inconfortable, c’est le seuil de douleur. Des mots à répéter lui sont ensuite soumis. « Ces trois mesures permettent d’établir un audiogramme, un graphique qui permet d’évaluer la perte auditive », explique Mme Amegée.

Trouver l’aide adaptée

Une audioprothésiste AUDIO 2000 présente les différentes aides auditives disponibles à une cliente.

© AUDIO 2000

La suite de la prise en charge continue dans le sur-mesure. « Pour des personnes très âgées, si elles détectent les sons mais ne comprennent pas forcément tous les mots à répéter, l’appareillage ne sera pas systématique, cela se discute avec le médecin. D’autres facteurs que la compréhension entrent alors en jeu, comme le besoin de sécurité et d’équilibre de la personne âgée » illustre l’audioprothésiste. Les aides auditives sont sélectionnées et proposées en fonction des besoins de chacun, du niveau de perte auditive à l’agilité des doigts.

Les formes des appareils, mais aussi leurs performances, diffèrent selon les modèles. « Pour quelqu’un de très actif, souvent en réunions et dans des endroits bruyants, je suggère des aides haut de gamme. Par contre, une personne assez sédentaire qui a besoin d’aide pour la vie quotidienne à la maison et pour la télévision, peut vouloir rester sur des aides plus basiques ». Le choix d’aides intra-auriculaires ou en contour d’oreille est également accompagné. Avec de petits conduits auditifs, l’intra-auriculaire est à proscrire, de même qu’avec une perte auditive importante. L’agilité des doigts est aussi fondamentale pour les intra-auriculaires dont les piles doivent être changées fréquemment.

Un suivi primordial

Cliente avec une aide auditive à la main

© AUDIO 2000

Lors de cette première visite, les aides sont seulement présentées, l’essai se fera ultérieurement pendant la phase d’adaptation qui s’étale sur 2 à 3 mois, avec des contrôles et l’ajustement des réglages. Par contre, dès la première visite, chaque client reçoit un devis personnalisé, avec la présentation des tarifs et le calcul de l’éventuel reste à charge après prise en compte de la mutuelle. « Je donne également à mes visiteurs une liste d’ORL d’Orléans et de son agglomération. Nous travaillons vraiment en complémentarité entre audioprothésistes et médecins, le circuit est bien rodé», pointe Mme Amegée.

Le suivi de routine donne lieu en moyenne à trois rendez-vous dans l’année. Certains clients ont besoin de plus de suivi, comme les enfants qui doivent être vus tous les mois et demi afin de leur assurer la meilleure audition possible pour leur développement cognitif et éducatif. « Grâce à la facilité de réalisation de ce premier bilan auditif gratuit, beaucoup de personnes sautent le pas et font vérifier leur audition, voire s’appareillent si une perte est dépistée. Cela tient aussi au développement de la technologie des aides auditives, rechargeables pour certaines, connectées Bluetooth, permettant de recevoir des appels téléphoniques et le son des téléviseurs », remarque Mme Amegée.

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.