Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Nos initiatives > Zoom sur des initiatives du Groupement Optic 2000 > Optic 2000 invite ses partenaires santé à découvrir l'univers de l'intelligence artificielle

Optic 2000 invite ses partenaires santé à découvrir l'univers de l'intelligence artificielle

Le 16 novembre dernier s’est tenue la 6e édition de la Conférence annuelle « Le Futur de la Santé » du groupement Optic 2000. C’est autour de l’intelligence artificielle et de ses promesses pour la santé de demain que spécialistes et entrepreneurs ont échangé.

Titre de la conférence organisée par Optic 2000 : Le Futur de la Santé« Depuis 2011, Optic 2000 propose chaque année d’explorer le champ de l’innovation dans le domaine de la santé. Il s’agit pendant quelques heures de sortir de notre quotidien, de découvrir de nouveaux acteurs, de nouvelles solutions pour améliorer la santé de demain » a rappelé Didier Papaz, Président Directeur général du groupement Optic 2000, soulignant l’intérêt de ce dernier pour l’exploration des champs de l’innovation.

Cette année, les participants ont été confrontés à une thématique qui agite aussi bien le monde du numérique que les secteurs traditionnels comme celui de la santé : l’intelligence artificielle (IA). Amélioration du diagnostic et du dépistage, analyse de l’ADN, personnalisation des traitements, la santé est sans doute un des domaines où les applications de l’intelligence artificielle sont les plus prometteuses.

L’impression de la déconnexion dans un monde connecté

On peut imaginer que demain, notre environnement pourrait devenir saturé par la technologie, par une surabondance d’objets connectés. Pour Rand Hindi, co-pilote du groupe de réflexion gouvernemental sur l’impact économique et social de l’intelligence artificielle, fondateur et CEO de la start-up Snips, l’intelligence artificielle va au contraire faire disparaître la technologie. À l’instar de l’électricité ou d’Internet, omniprésents dans notre environnement sans que nous y prêtions attention, l’intelligence artificielle est une technologie transversale qui va petit à petit se fondre dans notre quotidien.

Mais qu’est-ce que l’intelligence artificielle exactement ? Rand Hindi en donne une définition très simple : on peut parler d’intelligence artificielle dès lors qu’une machine reproduit une action humaine. Les capacités de l’intelligence artificielle sont actuellement en pleine expansion, grâce à des volumes de données croissants et des possibilités de calculs quasi infinies. Car pour reproduire le comportement humain, la machine a besoin qu’on lui fournisse des données brutes qu’elle analyse grâce à des algorithmes. Ceux-ci peuvent ensuite être améliorés en continu, grâce à l’expérience de la machine, c’est ce qu’on appelle le « machine learning ».

En 2016, une intelligence artificielle a battu le champion du monde du jeu de Go, une prouesse que l’on pensait impossible avant dix années supplémentaires. Est-ce que tout ceci va trop vite ? Rand Hindi se veut rassurant. On est encore très loin d’une intelligence artificielle supérieure, ni même égale à l’intelligence humaine. Pourquoi ? Les applications de l’intelligence artificielle disponibles aujourd’hui sont toutes « verticales », c’est-à-dire qu’elles ont développé des connaissances très profondes sur une thématique unique. En revanche, ces applications sont incapables de développer une intelligence horizontale, c’est-à-dire d’avoir une vision d’ensemble et de croiser des données provenant d’autres thématiques. C’est en cela que l’homme demeure supérieur à la machine.

Par ailleurs, il est possible de garantir la protection des données dès la conception des objets connectés, c’est ce qu’on appelle le « privacy by design ». Les objets connectés sont conçus de telle manière à ce que les données collectées ne quittent jamais l’objet et soient traitées sur place, offline. En outre, l’Europe s’est dotée d’une nouvelle réglementation très stricte à cet égard, le RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données), qui entrera en vigueur en mai 2018. « On nous a longtemps expliqué que le monde du futur serait orwellien, hyperconnecté, mais personne ne veut de ce monde oppressant. Les hommes veulent des environnements apaisants. Avec l’intelligence artificielle, on conservera les avantages d’être connectés en ayant la sensation d’être déconnectés » a conclu Rand Hindi.

Des montures de lunettes bardées de capteurs

Deux personnes sur trois portent des lunettes. Une opportunité à saisir pour l’IA. Philippe Peyrard, fondateur de la start-up EllcieHealthy, a développé une monture intelligente et connectée dotée d’une quinzaine de capteurs sur sa face et sur ses branches. Elle mesure en permanence des données physiques, physiologiques et environnementales qui, combinées dans une analyse scientifique algorithmique, apportent des informations précieuses à l’individu sur les risques qu’il encourt, notamment l’endormissement au volant. Elle devrait bientôt permettre de prédire les chutes des personnes âgées.

Intelligence artificielle et santé au volant

En 2016, la somnolence a été responsable d’un quart des accidents de la route. Elle est même la première cause d’accident sur l’autoroute. En mesurant, entre autres, les clignements de paupières, les microchutes de tête, la fréquence des baillements, la luminosité et la température ambiantes, les montures Ellcie-Healthy sont capables de prévenir le conducteur et ses passagers qu’il est en train de s’endormir. Elles seront commercialisées en exclusivité dans les points de vente Optic 2000 en 2018.
Retrouvez ici notre article consacré à Ellcie-Healthy

La prévention grâce aux algorithmes

Christophe Brun, fondateur associé chez Betterise Health Tech, a présenté le chatbot SmartAlfred. Il délivre des conseils personnalisés de prévention grâce à l’analyse de plus de 2 000 critères. Cette application se décline pour différentes situations de prévention, primaire ou secondaire : accompagnement au quotidien, grossesse ou encore diabète et maladies cardiovasculaires.

Un médecin dans la poche

« Avoir son médecin dans sa poche », c’est la devise de Guillaume Lesdos, cofondateur de Medaviz, qui propose du téléconseil médical. Cette plateforme en ligne offre la possibilité d’accéder au conseil d’un professionnel de santé en quelques minutes, où que l’on soit et à toute heure. De quoi éviter une consultation médicale dans 6 cas sur 10.

Un médecin virtuel

L’urgentiste Loïc Etienne, fondateur et Président de Medical Intelligence Service, a présenté le système MEDVIR, capable de réaliser un interrogatoire et de proposer des diagnostics plausibles. Les premiers tests réalisés en services d’urgence sont enthousiasmants puisque le système permet de poser le bon diagnostic dans 87 % des cas. Pour l’entrepreneur, l’enjeu de l’intelligence artificielle est de rendre au médecin son rôle humaniste, appuyé par la machine pour les autres aspects de son métier.

La technologie au service de l’accessibilité

L’entrepreneur Olivier Jeannel a présenté son application RogerVoice, qui permet aux sourds et malentendants de téléphoner. Un moyen de communication indispensable dans la vie de tous les jours : réserver une table dans un restaurant, appeler un plombier… La reconnaissance vocale et la retranscription instantanée sont à la base de cette application, la première au monde à proposer ce service.

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.