Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Nos initiatives > Zoom sur des initiatives du Groupement Optic 2000 > Plus d’accès à la culture et au shopping pour les malvoyants et les malentendants

Plus d’accès à la culture et au shopping pour les malvoyants et les malentendants

La Fondation Groupe Optic 2000 et l’incubateur d’entreprises sociales de l’ESSEC, Antropia, ont noué un partenariat en 2015 pour soutenir et accompagner des start-up qui entendent changer le quotidien des personnes malvoyantes et malentendantes. Audioloisirs et Cover sont les premières primées. De nouvelles candidatures seront examinées d’ici le 27 juin.

Logo de la Fondation Optic 2000« Écouter la vie », la belle formule qu’emploie Jean-Sébastien Habigand, porteur du projet AudioLoisirs, résume bien l’ambition sociale que veulent récompenser la Fondation du Groupe Optic 2ooo et Antropia. La Fondation du Groupe Optic 2ooo a été créée en 2009 et ses missions vont de l’amélioration du quotidien des personnes malvoyantes et malentendantes à l’accès aux équipements optiques et auditifs en France et dans le monde. Antropia, l’incubateur issu de la Chaire Entrepreneuriat Social de l’ESSEC, se donne pour mission de favoriser le développement d’entreprises socialement innovantes.

En 2015, les deux partenaires ont décidé de faire converger leurs intérêts et de mettre en commun leurs connaissances pour faire émerger des entreprises sociales tournées vers les personnes malvoyantes et malentendantes.

 

AudioLoisirs : une application pour accéder en toute autonomie à de nombreux contenus culturels

Portrait de Jean-Sébastien Habigand

Jean-Sébastien Habigand

« Tout est parti d’une histoire familiale, une grande-tante de 94 ans, atteinte d’une rétinite pigmentaire. Ses activités étaient très réduites dans la journée, alors qu’elle avait été une grande lectrice et une championne de mots-croisés », raconte Jean-Sébastien Habigand. C’est d’abord pour elle qu’il imagine une application adaptée qui lui permet d’avoir accès, en totale autonomie, à des contenus audio sans cesse renouvelés, à commencer par les livres.

L’outil en version bêta est aujourd’hui testé par 12 personnes. Il sera disponible courant septembre et il est déjà attendu par plusieurs associations de patients malvoyants. Le besoin est bien là. « Notre souhait est de mettre gratuitement à disposition des livres libres de droit mais nous espérons aussi réussir à avoir accès à des nouveautés. Dans un second temps, nous voulons nouer des partenariats avec des espaces culturels comme les musées pour récupérer par exemple des descriptifs d’œuvres, de visites de monuments, voire avec la presse », espère Jean-Sébastien Habigand. L’application propose également des jeux, comme les mots croisés, et un outil de reconnaissance vocale.

 

Cover : une étiquette électronique pour révolutionner le shopping

L’association Cover présidée par Muriel Robine s’est donné un but : rendre le shopping accessible aux personnes malentendantes et malvoyantes. Elle a donc imaginé une étiquette électronique, sous la forme d’un QR-code à scanner, pour récupérer sur son smartphone des informations lisibles par les vocalisateurs. L’étiquette sera utile aux personnes malvoyantes mais aussi aux personnes malentendantes qui ne peuvent entendre les conseils délivrés des vendeurs.

Portrait de Muriel Robine

Muriel Robine

« Ce projet, très technique, est financé par un autre de nos projets : le label « Bien-à-porter », qui doit rendre la mode accessible aux personnes handicapées. Alors que dans le cas du label, la problématique était de trouver le vêtement qui convient, l’étiquette répond plus au besoin de service autour du vêtement », explique Muriel Robine. Les informations contenues dans l’étiquette vont du descriptif du vêtement aux conseils en image, en passant par les règles d’entretien ou encore la provenance. Elles sont accessibles en version sonore, écrite et bientôt en pictogrammes. « Nous avons approché des marques qui se montrent très intéressées par notre idée mais il faut encore résoudre le problème de l’automatisation du transfert de données des fiches techniques des vêtements sur la base de données des étiquettes », complète l’entrepreneuse.

L’association, qui vient de remporter deux prix en mai, l’un du comité national Coordination Action Handicap (CCAH) dans la catégorie « Changer le regard » et l’autre remis par le réseau GRANDDE (réseau Normand autour du Développement Durable), espère lancer ses deux projets autour de mars 2017, par un grand défilé de mode de « Bien-à-porter », à la cité de la mode et du design. « C’est très stimulant, il y a tout un terrain à défricher puisque nous sommes quasiment les seuls pour le moment ! », s’enthousiasme Muriel Robine.

Un double comité pour la sélection des lauréats

Les lauréats sont sélectionnés par un double comité, celui d’Antropia et celui constitué par les membres du conseil d’administration de la Fondation Groupe Optic 2ooo, composé de professeurs d’ophtalmologie ou d’ORL, d’opticiens, et de représentants du groupe Optic 2ooo. Les projets sélectionnés bénéficient d’une dotation de 5 000 euros et d’un accompagnement stratégique de la part d’Antropia, financés par la Fondation à hauteur de 20 000 euros par projet.

« L’accompagnement que nous proposons se fait avec d’autres entreprises du secteur de l’économie sociale et solidaire investis dans différents secteurs. Il permet à la fois de définir son modèle économique, d’avoir accès à des experts, mais aussi d’intégrer un réseau d’entrepreneurs, de créer des synergies… », résume Camille Auchet, directrice de l’incubateur social Antropia. Selon la nature des projets sélectionnés, l’incubateur de l’Institut de la Vision, dont Optic 2000 est mécène, pourra apporter son expertise du secteur, et faire bénéficier aux projets sélectionnés de son réseau pour favoriser le développement des solutions.

« La Fondation apporte quant à elle sa connaissance des besoins des personnes en situation de handicap visuel et auditif, et parce qu’il s’agit de la Fondation du groupe Optic 2ooo, sa capacité, le cas échéant, à promouvoir ces solutions à travers un réseau de plus de 1 600 points de vente » souligne Sandrine Ladoux, Directrice de la Fondation Optic 2000.

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.