Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Actualité > Actu en direct > Consommation prolongée d’antidouleurs et pertes d’audition

Consommation prolongée d’antidouleurs et pertes d’audition

Femme qui prend un antidouleur

© Canonzoom

Une étude américaine, publiée début janvier dans l’American Journal of Epidemiology, vient confirmer la responsabilité de certains antidouleurs dans la perte d’audition. Selon cette étude, la consommation de paracétamol ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), comme l’ibuprofène, deviendrait dangereuse pour l’audition à partir de 6 ans d’exposition. Cela voudrait dire qu’environ 16 % des troubles auditifs seraient dus à la prise de ces analgésiques.

L’équipe de Gary Curhan, qui a dirigé cette recherche, avait déjà montré en 2012 que ces médicaments pouvaient endommager l’ouïe lorsque leur utilisation était égale ou supérieure à deux prises par semaine. Menées auprès de femmes, ces travaux font suite à une étude publiée en 2010 dans l’American Journal of Medicine et menée auprès de 26 917 hommes. Cette dernière avait déjà mis en cause le paracétamol, les AINS et même l’aspirine dans l’apparition de pertes d’audition. Si l’aspirine est de moins en moins prescrite et à des doses de plus en plus réduites en raison de ses effets secondaires, l’ibuprofène et le paracétamol sont très largement utilisés dans le monde et pourraient menacer la santé auditive de nombreuses personnes.

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.