Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Actualité > Actu en direct > Recommandations de l’ANSES quant à l'utilisation de la 3D

Recommandations de l’ANSES quant à l'utilisation de la 3D

Un an après la remise de son rapport d’expertise sur les effets sanitaires potentiels de la 3D, quelques rappels sur les recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation environnement et travail (ANSES) quant à l’usage de ces technologies.

RECOMMANDATIONS DE L’ANSES QUANT À L’UTILISATION DE LA 3D

Les recommandations de l’ANSES en bref :
– Pour les enfants de moins de 6 ans : exposition déconseillée.
– Pour les enfants de 6 à 13 ans : usage modéré et surveillance des symptômes induits.
– Pour les personnes sujettes à certains troubles particuliers (accommodation, vergence, équilibre) : exposition à limiter, notamment dans des contextes d’exposition professionnelle.

 

Les technologies audiovisuelles en 3D stéréoscopique, communément appelées « 3D », se sont  beaucoup développées ses dernières années. Après le cinéma, elles se sont étendues aux téléviseurs, ordinateurs, consoles de jeux et même aux téléphones portables. Face à cette effusion, les pouvoirs sanitaires ont voulu mesurer les risques potentiels de ces technologies sur la santé. Il apparait que la 3D est potentiellement dangereuse pour les enfants, particulièrement avant 6 ans.

 

La 3D fonctionne en bernant notre système visuel. Lorsque nous regardons un objet, nos deux yeux perçoivent une image différente. C’est la différence entre ces deux images qui, interprétée par notre cerveau, nous donne la perception des reliefs. Plus la différence est importante, plus le point fixé est perçu comme étant proche. La 3D force nos yeux à percevoir deux images distinctes, pour donner l’impression de relief souhaitée, alors que ces deux images se trouvent en réalité au même niveau, celui de l’écran. Cela crée ce que les expert appellent « un conflit accommodation / vergence », qui peut générer de l’inconfort et une fatigue visuelle.

 

Cette fatigue visuelle peut se traduire par des symptômes allant de douleurs autour de l’œil, d’une sensation d’œil sec, d’une vision double, de maux de tête, de douleurs au cou, jusqu’à dans certains cas des pertes de concentration voire des vertiges. Au-delà du risque de fatigue visuelle, les enfants, notamment jusqu’à 6 ans, sont particulièrement vulnérables à la 3D, qui risque d’interférer avec le développement de leur système visuel en pleine maturation.  L’ANSES recommande donc d’éviter toute exposition aux technologies en 3D pour ces derniers.

 

L’ANSES conseille également d’observer une utilisation limitée de la 3D pour les enfants de moins de 13 ans ainsi que pour les personnes atteintes de troubles de l’accommodation, de la vergence ou encore de l’équilibre. Les parents doivent être attentifs à l’apparition des symptômes cités ci-dessus lorsque leur enfant fait l’usage de technologies en 3D. Pour les personnes touchées par des troubles de la vision ou de l’équilibre spécifiques, l’utilisation de ces technologies leur est notamment déconseillée dans le cadre de leur activité professionnelle.

 

Pour limiter la fatigue visuelle chez les utilisateurs de technologies en 3D : 

  • Ne pas se positionner trop près de l’écran.
  • Respecter les instructions des constructeurs de dispositifs 3D.
  • Conserver ses corrections optiques pendant la visualisation de contenus en 3D.
  • Si des symptômes comme des douleurs autour de l’œil, une sensation d’œil sec, une vision double, des maux de tête, des douleurs au cou, des pertes de concentration ou des vertiges sont ressentis lors de l’exposition à des interfaces en 3D, limiter l’exposition et consulter un ophtalmologiste afin de dépister d’éventuelles pathologies.

 

Téléchargez la brochure complète des recommandations de l’ANSES

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.