Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Actualité > Actu en direct > La voiture de demain permettra-t-elle d’en finir avec le mal des transports ?

La voiture de demain permettra-t-elle d’en finir avec le mal des transports ?

Petit garçon qui a le mal des transports en voiture

©djedzura

Fin novembre, la célèbre entreprise de VTC Uber annonçait la commande de 24 000 véhicules autonomes, dans lesquels elle compte installer les passagers en face-à-face, certains dos à la route. Chez certaines personnes, cette position provoque malheureusement une cinétose, communément appelée « mal des transports ». Uber s’est attaqué au problème et a déjà déposé une série de brevets pour des systèmes visant à contrer le phénomène.

La cinétose est dûe au décalage des sens de la vue et de l’équilibre en situation de mobilité : les yeux perçoivent un environnement fixe, l’habitacle, alors que l’oreille interne ressent les mouvements du véhicule. Les dispositifs sur lesquels les ingénieurs d’Uber travaillent entendent resynchroniser les perceptions de la vue et de l’équilibre. Par exemple, des barres lumineuses ou des écrans indiqueront les intentions du véhicule, afin que les passagers soient prévenus des virages, accélérations et ralentissements. Les sièges des passagers s’inclineront dans les virages et vibreront lors des freinages. Les mouvements de l’air à l’intérieur de l’habitacle pourront également être modifiés en fonction des mouvements du véhicule : vitesse, direction, pression… Un pas de plus vers l’acceptabilité des véhicules autonomes ?

Qu’est-ce que la cinétose ?
La cinétose résulte d’une réponse inappropriée du cerveau en situation de mobilité. Celui-ci a du mal à intégrer les informations conflictuelles provenant des yeux d’une part, qui perçoivent l’environnement fixe de l’habitacle, et provenant du vestibule d’autre part, l’organe de l’équilibre dans l’oreille interne, qui perçoit les mouvements du véhicule. La cinétose s’exprime généralement par une sensation de malaise et des nausées. Le conducteur, qui peut anticiper les trajectoires de sa voiture, est beaucoup moins touché que les passagers. Le phénomène est au contraire accentué lorsque le passager est installé dans le sens contraire à la marche.

Pour en savoir plus, un article du Guardian sur le sujet (en anglais)

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.