Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Études > Étude 3 – Voir et entendre au volant > Synthèse de l'étude

Voir et entendre au volant

Comprendre et anticiper l'impact du véhicule de demain

La vision et l’audition sont essentielles pour mener à bien l’activité de conduite. Des sens qui sont aujourd’hui largement aidés par la technologie automobile avec l’émergence des assistances à la conduite. D’ici une dizaine d’années, le véhicule totalement autonome pourrait faire son entrée sur le réseau routier. L’activité de conduite est alors à l’aube d’un changement profond.

Femme qui conduit avec un ami côté passager

© Maskot

Pour sa 3e étude, l’Observatoire du groupement Optic 2000 s’interroge de façon inédite sur l’arrivée du véhicule de demain et son interaction avec nos sens visuels et auditifs. Pour cela, il a demandé à 5 experts de décrypter le fonctionnement spécifique de la vision et de l’audition au volant dans les véhicules d’aujourd’hui, et les répercussions à attendre sur la conduite de demain.

Conduire demain sera-t-il différent ? En quoi nos sens vont-ils être impactés ? Nos sens visuels et auditifs seront-ils augmentés, compensés ? La voiture de demain sera-t-elle une réponse aux problématiques visuelles/auditives ? Que pensent les Français de la voiture de demain ? Le véhicule de demain apportera-t-il une mobilité sécurisée pour tous, notamment aux conducteurs âgés ?

La vision et l’audition sont-elles fondamentales dans l’activité de conduite ?

De nos jours, la conduite automobile est une tâche complexe qui mobilise pleinement le conducteur.

D’un point de vue visuel, acuité et champ visuel font partie des paramètres nécessaires impliqués dans la recherche d’information. L’acuité permet la détection et l’identification des obstacles fixes ou mobiles tandis que le champ visuel permet la détection d’informations dans toute la surface du champ exploré d’informations de très petites surfaces et de très faibles intensités. 5 Français sur 10 estiment d’ailleurs qu’avoir une bonne vision est important pour la sécurité lors de la conduite. Ils sont, d’après le sondage OpinionWay, 7 sur 10 à avoir besoin d’un équipement optique et 90% d’entre eux portent leurs lunettes en conduisant. En conduite, l’éblouissement est également un paramètre non négligeable à prendre en compte puisque, de jour comme de nuit, l’éblouissement génère une perte partielle ou totale de l’information visuelle. 58% Français déclarent d’ailleurs redouter ce phénomène d’éblouissement.

L’audition, quant à elle, n’est pas un sens primordial pour la conduite automobile. Les Français interrogés placent d’ailleurs le fait d’avoir une bonne audition en 8e et dernière position des facteurs les plus importants pour la sécurité lors de la conduite. Elle reste néanmoins une aide précieuse en cas de situation d’urgence. Effectivement, ce sens permet de percevoir des dangers (signaux d’alerte, klaxon) et recueillir des informations utiles sur son véhicule (bruits de moteurs). Et, les automobilistes en ont conscience puisqu’ils citent le port d’écouteurs (78%) et la musique trop forte (65%) comme facteurs de danger au volant.

Les troubles visuels et auditifs altèrent les performances de conduite, mais l’attention est fondamentale pour conduire en toute sécurité

Homme au volant avec un kit main libre aux oreilles

© PhotoAlto/Frederic Cirou

D’après l’état des connaissances, les troubles auditifs ou visuels altèrent les performances de conduite (conduite lente, identification tardive d’informations sur les panneaux routiers…). Les conducteurs présentant ces déficits mettent en place des stratégies de compensation : conduite sur des parcours familiers, par beau temps, sans forte affluence…

L’activité de conduite implique avant tout le traitement attentif de l’ensemble des informations présentes sur la route. Son altération influe sur le risque d’accidents. Interférence (utilisation du téléphone mobile), distraction (ballon traversant la chaussée), inattention (traitement des pensées internes au conducteur…) peuvent être à l’origine de lourdes conséquences (« effet tunnel », aveuglement inattentionnel).

L’émergence de nouvelles technologies… au service du confort et de la sécurité au volant

En véritable bijou technologique, le véhicule de demain mobilisera caméras, capteurs, intelligence artificielle, deep learning… Ces nouvelles technologies sont à la source des systèmes d’assistance à la conduite, dits systèmes ADAS pour Advanced Driving Assistance System. Ils proposent deux types de fonctionnalités : à l’intérieur ou à l’extérieur du véhicule. À l’intérieur, l’objectif est de surveiller le conducteur (santé, vigilance) pour plus de confort et de sécurité. Concernant l’extérieur du véhicule, les systèmes d’aide visent à assister le conducteur dans la détection des obstacles, dans le respect du code de la route…

Des systèmes d’aide à la conduite sollicitant les fonctionnalités visuelles et auditives

Nos sens visuels et auditifs vont se combiner aux nouvelles technologies dans ces véhicules. Ils seront augmentés, voire remplacés grâce à des systèmes de détection et d’analyse de plus en plus précis. Grâce à ces systèmes technologiques (caméras, capteurs, IA…), la représentation de l’environnement extérieur pourrait être projetée sur le pare-brise ou sur un écran du tableau de bord. Ces systèmes de pare-brise intelligents augmentent la perception de l’environnement par le conducteur : projection des lignes de bordure de chaussée, projection des obstacles, préconisation de vitesse en fonction de la courbe du virage… Côté audition, une alerte sonore pourrait également être envisagée pour signaler au conducteur la présence d’un obstacle. Les technologies pourraient également détecter les signaux sonores et les traduire dans une modalité visuelle.

La personnalisation des aides à la conduite est un réel enjeu. En effet, les besoins des conducteurs ne sont pas les mêmes. Les conducteurs âgés se déclarent gênés dans des situations de visibilité réduite. L’amplification de l’information, via le pare-brise, pourrait alors être bénéfique. Pour ceux ayant des difficultés à estimer les distances ou la vitesse, le véhicule ralentissant de lui-même sera également une réponse. Enfin, pour les personnes présentant une surdité, si le véhicule parvient à détecter les signaux sonores et les relayer de manière visuelle, alors cela pourrait leur apporter une aide notable.

Des Français intéressés par ces nouveaux systèmes d’aide à la conduite

Voiture hyper connectée

© chombosan

Près de 9 conducteurs interrogés sur 10 y voient au moins un bénéfice, comme une aide réelle et efficace et une meilleure sécurité. Pour eux, la voiture sera plus informée des modifications de l’environnement (86%), anticipera les événements (84%) et gérera les changements de situation ou de climat de façon intelligente (82%).

Concernant l’arrivée d’un véhicule totalement autonome, les progrès technologiques permettront de rendre le véhicule capable de prendre intégralement le contrôle sur la conduite, en prenant les bonnes décisions en fonction des situations. La perception extérieure par le véhicule est donc cruciale. En 2035, près de 10% des véhicules devraient être autonomes. Toutefois, Le conducteur devra toujours être en mesure de désactiver le mode autonome pour reprendre le contrôle du véhicule, notamment en cas de dysfonctionnement d’un des systèmes (capteurs, caméras…).

Aujourd’hui maître de son véhicule, le conducteur est-il réellement prêt à déléguer de plus en plus la conduite et devenir un superviseur d’automate ? Les conducteurs interrogés expriment d’ailleurs à 43% une peur de la déresponsabilisation.

Réussir à faire coopérer l’homme et la machine… pour une transition réussie vers les véhicules autonomes

Pour faire face à cette révolution de la conduite, le défi sera de maintenir l’équilibre entre la technologie et l’humain. Pour que les véhicules à délégation de conduite aident les conducteurs, il sera nécessaire que l’humain comprenne spontanément comment utiliser le système et que le système s’adapte au comportement de l’humain. Il semble essentiel d’adapter les véhicules innovants aux différents profils de conducteurs, notamment présentant des déficits sensoriels, et d’accompagner ceux-ci dans cette transition.

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.