Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Études > Étude 1 – Vue et audition des ados > L’avis des experts de l’étude 1 > La myopie mal corrigée aggrave la myopie : le mécanisme de déprivation visuelle chez les adolescents

La myopie mal corrigée aggrave la myopie : le mécanisme de déprivation visuelle chez les adolescents

Pr Dominique Brémond-Gignac, ophtalmo-pédiatre

La déprivation visuelle est un mécanisme de compensation engendré par une vision trouble. Lorsque qu’une personne voit flou, ses globes oculaires compensent mécaniquement en augmentant leur longueur vers l’avant (longueur axiale). Or, une augmentation excessive de la longueur axiale du globe oculaire provoque une défocalisation en avant de la rétine, c’est-à-dire que l’image des objets éloignés n’arrive plus jusqu’à la rétine mais en avant de celle-ci, entraînant une myopie et une vision floue de ces objets. Un œil myope mal corrigé, provoquant une vision trouble, est donc entraîné dans un cercle vicieux qui le rend plus myope encore.

Ce phénomène est observé de plus en plus fréquemment chez les adolescents, qui cumulent plusieurs facteurs favorisant le développement d’une myopie et son aggravation par déprivation visuelle :

    • D’abord, la croissance excessive du globe oculaire, responsable de la myopie, est le processus physiopathologique « naturel » le plus fréquent chez l’enfant et l’adolescent.
    • D’autre part, les adolescents sont souvent mal corrigés. Ils ne font pas vérifier leur vue assez régulièrement et sont peu observants lorsqu’une correction optique leur a été prescrite. Parmi les adolescents interrogés en novembre 2014 par l’institut OpinionWay dans le cadre de la 1e étude de l’Observatoire Optic 2ooo, seuls 29% avaient consulté un ophtalmologique dans l’année en cours. 37% d’entre-eux déclaraient ne pas toujours porter leur correction optique devant les écrans, 30% ne le faisaient pas toujours pour lire.[2]
  • Or, on sait que lorsque la vision est sollicitée de près d’une façon importante, notamment dans une luminance basse, cela a tendance à augmenter la longueur axiale de l’œil, et donc à le rendre myope. Aussi, plusieurs études laissent penser que le travail sur écran pourrait être à l’origine d’une progression myopique plus importante, la prévalence de cette anomalie visuelle étant plus élevée chez les populations ayant suivi des études supérieures et habitant en ville.[3]

La myopie des adolescents et le phénomène de déprivation visuelle qui l’accompagne parfois peuvent être limités facilement par le respect de quelques recommandations simples : rester raisonnable sur le temps passé devant les écrans, toujours avoir un bon éclairage lorsque l’on sollicite sa vision de près, faire contrôler régulièrement sa vue par un ophtalmologiste, et porter une correction optique adaptée lorsque nécessaire.

Cliquez ici pour lire l’article complet du Professeur Dominique Brémond-Gignac

 

[1] Smith EL 3rd, Hung LF, Huang J, et al. “Effects of optical defocus on refractive development in monkeys: evidence of local, regionally selective mecanisms.” Investigative Ophtalmology & Visual Science (2010).
[2] Enquête OpinionWay pour l’Observatoire Optic 2ooo, réalisée en ligne auprès de 305 adolescents âgés de 13 à 18 ans, entre le 06 et le 14 novembre 2014.
[3] Katie M Williams et al. on behalf of the European Eye Epidemiology (E3) Consortium. “Increasing Prevalence of Myopia in Europe and the Impact of Education.” Ophtalmology, www.aaojournal.org. (13 mai 2015).
[4] Pan C-W, Ramamurthy D et Saw S-M, “Worldwide prevalence and risk factors for myopia.” Ophthalmic and Physiological Optics. 32, 3-16. (2012).

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.