Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Demain > Réflexions autour de la santé de demain > Contactologie, l’innovation est en marche

Contactologie, l’innovation est en marche

Un centimètre carré, c’est la taille moyenne d’une lentille de contact. Grâce aux progrès réalisés dans le choix tant des matériaux que des méthodes de fabrication, les lentilles sont aujourd’hui capables de corriger un nombre toujours croissant de défauts visuels. Mais quelles seront les nouveautés de demain ? Entre lentilles photochromiques et lentilles connectées, ces dispositifs n’ont pas fini d’évoluer.

Œil entouré de lasers

©eternalcreative

Des lentilles pour tous les défauts visuels

Finie l’époque où les lentilles étaient inconfortables et difficiles à porter. La contactologie s’est depuis beaucoup enrichie, permettant de corriger pratiquement toutes les amétropies, même en lentilles jetables journalières. Les progrès sont significatifs principalement dans deux domaines :
– d’une part l’élaboration de nouveaux matériaux, qui sont aujourd’hui à la fois confortables et de plus en plus perméables à l’oxygène ;
– de l’autre, l’optique, qui permet des corrections de plus en plus fines. Myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie, peuvent aujourd’hui être corrigés de façon satisfaisante par des lentilles de contact. Après les lentilles souples sphériques conçues pour corriger la myopie et l’hypermétropie et commercialisées au début des années 1970, les lentilles toriques ont été développées pour l’astigmatisme et les multifocales pour la presbytie au début des années 1980.

Quand la lentille soigne

Un enfant sur deux sera myope en Europe d’ici 4 ou 5 ans. La raison de cette « épidémie » : les modes de vie et l’habitat urbain. Avec les nouveaux modes de vie, en ville notamment, le regard n’a plus l’occasion de se porter au loin. L’œil travaille donc, la plupart du temps, en vision de près ou en vision intermédiaire. Des études ont ainsi montré que le simple fait d’encourager les enfants à jouer dehors diminuait le risque de myopie[1].

Pour faire face à cette « épidémie », des lentilles d’orthokératologie ont été développées. Ce sont des dispositifs rigides que l’on porte la nuit uniquement. Ils exercent des forces qui modifient la courbure le l’œil et corrigent la vision. Le bénéfice dure 24 à 48 heures. Il s’agit donc de lentilles de « soin » et non pas de lentilles de « traitement ».

Une nouvelle lentille, Misight, arrive maintenant sur le marché avec une technologie totalement différente. C’est une lentille journalière dédiée spécifiquement aux enfants chez qui elle freine la progression de la myopie. Lancée en mai 2018 aux États-Unis après 2 années de tests cliniques, cette lentille souple est un concentré de technologie. En jouant sur la focalisation de l’image, on modifie sa distance par rapport à la rétine. L’œil a ainsi moins tendance à s’allonger. Le principe semble simple mais la technologie est extrêmement complexe. Les essais cliniques montrent que le port quotidien de ces lentilles diminue de moitié le risque de myopie. Elle permet de réduire également tous les effets secondaires de ce défaut visuel : décollement de rétine, DMLA précoce, etc.

Dans la même logique, il existe depuis peu (2016), des lentilles qui intègrent sur leur face interne des courbes à asphéricités multiples et qui préservent mieux l’humidité. L’effort accommodatif des personnes qui passent beaucoup de temps devant un écran est ainsi soulagé et la fatigue visuelle réduite.

Et demain ?

Demain, l’enjeu sera d’abord d’améliorer les lentilles pour presbytes, qui restent encore perfectibles dans la correction de la vision de loin et de la vision de près sans aucune gêne et une adaptation très rapide. De gros progrès ont déjà été réalisés, permettant d’équiper aujourd’hui un nombre significatif de presbytes. Avec le vieillissement de la population, le marché dispose d’un fort potentiel (croissance de 10 à 20 % par an).

Lentilles de contact

©buradaki

Les laboratoires ont dans leur pipeline de nombreux autres projets, comme les lentilles photochromiques qui, à l’instar des lunettes, foncent à la lumière. Une réponse aux besoins des sportifs qui seraient simultanément corrigés de leur défaut visuel et protégés de l’éblouissement. Leur commercialisation aux États-Unis est prévue pour 2020.

Autre piste d’innovation : des lentilles dotées de surfaces anti-infectieuses. En effet, le risque de contamination bactérienne est toujours présent en contactologie. La mise au point de matériaux réfractaires au développement de germes permettrait d’éloigner ce risque et d’élargir considérablement les indications des lentilles.

Plus loin de nous, le développement de lentilles connectées est également à l’étude. Elles pourront par exemple disposer de capteurs pour mesurer des paramètres biologiques comme la glycémie. Ces lentilles seraient également « communicantes » grâce à de l’électronique ultra miniaturisé et pourraient par exemple transmettre le taux de sucre sanguin à un appareil connecté. Elles pourraient également déclencher une alarme si la glycémie s’élève ou baisse trop vite et éviter ainsi des complications comme le coma diabétique. Autres pistes développées : des capteurs de luminosité qui adapteraient la correction des presbytes en fonction de la lumière ambiante. Des capteurs piézoélectriques fourniraient l’énergie nécessaire grâce aux mouvements induits par les clignements de paupières.

D’autres idées sont en projet comme ces lentilles qui, sur le modèle des Google Glass, pourraient envoyer de l’information visuelle directement sur l’œil ou encore ces lentilles implantables capables de prendre des photos et qui seraient « commandées » par des mouvements volontaires de la paupière…[2].

 

Pour en savoir plus : Site web de la Société française des ophtalmologistes adaptateurs de lentilles de contact (SFOLAC)

 

Remerciements à MM Grégoire Moucheboeuf (société Cooper) et Guillaume Joucla (Président du groupe de contactologie du SNITEM).

 

[1]  Retrouvez notre article sur la myopie chez les enfants http://www.observatoire-groupeoptic2000.fr/reperes/focus-actualite-sante-visuelle-auditive/myopie-des-enfants-comprendre-lepidemie-pour-lenrayer/
[2] Retrouvez notre article sur le brevet déposé en 2016 par Google pour une lentille correctrice injectée et connectée http://www.observatoire-groupeoptic2000.fr/actualites/en-direct/google-lentille-correctrice-injectee-connectee/

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.