Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Demain > Réflexions autour de la santé de demain > L’eye-tracking : le regard comme outil de communication

L’eye-tracking : le regard comme outil de communication

L’eye-tracking, ou oculométrie en français, se répand progressivement dans différents domaines, des jeux vidéo à la médecine en passant par la conduite automobile. Ces technologies, fondées sur l’analyse des mouvements oculaires, offrent une nouvelle façon d’interagir avec le monde qui nous entoure et de nombreuses applications.

Œil entouré de lasers

©eternalcreative

L’eye-tracking repose sur la capacité de déterminer le « point de regard » d’une personne, c’est-à-dire de savoir précisément où elle pose son regard. Aujourd’hui, l’enregistrement des mouvements oculaires repose principalement sur l’utilisation de diodes infrarouge, couplées à une caméra capable de détecter ces hautes longueurs d’ondes. Un faisceau infrarouge, imperceptible par l’œil humain, est envoyé au centre de la pupille, sur la cornée. Puis, la caméra filme la réflexion de ce faisceau sur la cornée. Ainsi, il est possible de voir en temps réel où la personne pose son regard et d’en suivre le mouvement.

Une aide précieuse pour les patients privés de parole

Quelques services de réanimation en France testent déjà l’eye-tracking pour leurs patients en réanimation, privés de parole à cause de la sonde d’intubation qui passe entre leurs cordes vocales. Comment lever les incompréhensions, les angoisses et les frustrations ressenties à la fois par les patients, les soignants et l’entourage ? L’eye-tracking répond de façon innovante à cette problématique : pour répondre à une question, le patient sélectionne par le regard un pictogramme parmi plusieurs propositions sur un écran de tablette. Il peut ainsi faire part de sa douleur et en communiquer son intensité, mais également alerter sur sa faim ou sa soif, ou bien encore partager un sentiment de peur, demander de l’aide…

Dépister et soigner des troubles neurologiques et psychiatriques

La médecine utilise aussi l’oculométrie pour mieux appréhender et dépister certaines maladies neurologiques ou psychiatriques. On sait maintenant que le parcours du regard a un sens et que des comportements d’exploration visuelle différents ou atypiques peuvent être le signe précoce d’une maladie comme Alzheimer, Parkinson, d’un trouble schizophrénique ou bipolaire, ou encore de troubles autistiques[1]. Ainsi, en observant les mouvements du regard de bébés de quelques mois devant des images projetées sur un écran, des chercheurs américains pensent pouvoir diagnostiquer plus précocement et plus objectivement ceux qui présentent un risque d’autisme[2].

Un père et un enfant en train de jouer aux jeux vidéo

©Tom Werner

Des applications infinies à imaginer

En conduite automobile, la grande majorité des informations proviennent de la vision. Naturellement, l’eye-tracking est donc un outil important pour la voiture de demain. Des start-ups explorent par exemple la possibilité de diriger les phares du véhicule là où se situe le regard ou encore celle de commander sa musique ou son GPS en gardant les mains sur le volant grâce de simples « points de regard » sur le tableau de bord[3].

Les autres applications sont encore nombreuses. L’eye-tracking est par exemple déjà utilisé depuis plusieurs années dans le web design pour concevoir des contenus en fonction du chemin emprunté par le regard lorsqu’il « scanne » une page internet. Autre exemple, dans le gaming cette fois, l’oculométrie pourrait permettre de résoudre les problèmes de résolution d’image. En connaissant la zone observée par le joueur en temps réel, on peut limiter la haute résolution à celle-ci et gagner en capacité de calcul.

 

[1] « Autisme : soigner le regard, une nouvelle approche thérapeutique », Observatoire de la santé visuelle et auditive, mise en ligne le 22/11/16 : http://www.observatoire-groupeoptic2000.fr/prospectives/veille-innovations-et-sante/autisme-soigner-regard-nouvelle-approche-therapeutique/
[2] Gliga T, Bedford R, Charman T, Johnson MH; BASIS Team. Enhanced Visual Search in Infancy Predicts Emerging Autism Symptoms. Curr Biol. 2015;25(13):1727–1730. doi:10.1016/j.cub.2015.05.011
[3] Étude n°3 de l’Observatoire de la santé visuelle et auditive, « Vue et audition au volant : comprendre et anticiper l’impact du véhicule de demain » : http://www.observatoire-groupeoptic2000.fr/etudes/etude-3-voir-entendre-volant/lavis-des-experts/impacts-et-enjeux-des-futurs-vehicules-autonomes-pour-la-vue-et-laudition-le-point-de-vue-des-ingenieurs/

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.