Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Demain > Réflexions autour de la santé de demain > Pollution de l'air : un enjeu pour la santé visuelle également

Pollution de l'air : un enjeu pour la santé visuelle également

La pollution de l’air causerait 7 millions de décès chaque année, en augmentant consirablement le risque de survenue de maladies cardiovasculaires et pulmonaires[1]. Une récente étude fait également le lien entre la présence de certains polluants issus de la circulation routière et la survenue de maladies oculaires comme le glaucome ou la DMLA.

©Jung Getty

En août 2019, une équipe du China Medical University Hospital de Taïwan a publié les résultats inquiétants d’une vaste étude menée sur près de 40 000 personnes de plus de cinquante ans vivant en zone urbaine[2]. Pour la première fois, un travail scientifique de grande ampleur a établi une relation directe entre la pollution de l’air et une maladie oculaire grave, la dégénérescence maculaire liée à l’âge ou DMLA. Les substances mises en cause, le dioxyde d’azote (NO₂) et le monoxyde de carbone (CO) proviennent majoritairement du trafic routier (gaz d’échappement)[3].

Une relation entre taux de NO2, de CO et DMLA

Pour mettre en évidence cette corrélation, les chercheurs sont partis d’une base de données sur la qualité de l’air. Ils ont réussi à retrouver l’exposition de chacun des participants de l’étude au NO₂ et au CO entre 1998 et 2010. Les participants ont été divisés en quatre groupes selon leur niveau d’exposition.

Le groupe vivant dans les zones avec les concentrations atmosphériques de NO₂ et de CO les plus élevées était aussi celui où le taux de DMLA était le plus important. Les participants de l’étude ayant été exposés aux plus forts taux de NO2, présentaient un risque presque doublé d’être atteint de DMLA. Par ailleurs, les participants exposés aux plus forts taux de CO présentaient un risque supérieur de 84 % de contracter la maladie, par rapport à ceux vivant dans les zones possédant une meilleure qualité de l’air. Les participants classés dans les deux groupes de pollution modérée n’avaient pas de risque particulièrement augmenté.

Les chercheurs rappellent toutefois que l’observation d’une telle corrélation ne permet pas de conclure à un lien de causalité, qui ne peut être mis en évidence qu’avec des études complémentaires possédant un protocole très précis.

Des risques accrus concernant le glaucome également

Après ces premiers résultats qui semblent établir un lien entre la qualité de l’air et la survenue de la DMLA, une étude plus récente est parvenue à la même conclusion pour une autre maladie cécitante, le glaucome[4]. À l’origine de ce travail, l’équipe anglaise du UCL Institute of Ophthalmology and Moorfields Eye Hospital (Royaume-Uni) a étudié les particules fines PM2,5 (c’est-à-dire d’un diamètre inférieur à 2,5 μm) émises principalement par la circulation automobile. L’étude a conclu que les participants exposés à des taux importants de particules fines présentaient 6 % de risque supplémentaire d’être atteints d’un glaucome.

« La pollution de l’air contribue probablement au développement d’un glaucome par un mécanisme de vasoconstriction, c’est-à-dire de resserrement des vaisseaux sanguins, ce qui explique d’ailleurs le lien entre la pollution atmosphérique et le risque de problèmes cardiaques », explique le Docteur Sharon Chua, co-auteure de l’étude, dans un communiqué. « Autre possibilité, les particules pourraient également avoir un effet toxique direct sur le système nerveux et entretenir l’inflammation. »

Pour le Professeur Paul Foster, co-auteur de l’étude, c’est « un autre argument pour faire de la lutte contre la pollution de l’air une véritable priorité de santé publique », au même titre que la lutte contre les maladies respiratoires et cardiovasculaires.

 

[1] Organisation Mondiale de la Santé (OMS). https://www.who.int/fr/news-room/detail/02-05-2018-9-out-of-10-people-worldwide-breathe-polluted-air-but-more-countries-are-taking-action
[2] Chang K, Hsu P, Lin C, et al. Traffic-related air pollutants increase the risk for age-related macular degeneration, Journal of Investigative Medicine 2019;67:1076-1081. https://jim.bmj.com/content/67/7/1076
[3] AirParif https://www.airparif.asso.fr/pollution/differents-polluants
[4] Sharon Y. L. Chua, Anthony P. Khawaja, James Morgan, Nicholas Strouthidis, Charles Reisman, Andrew D. Dick, Peng T. Khaw, Praveen J. Patel, Paul J. Foster, for the UK Biobank Eye and Vision Consortium; The Relationship Between Ambient Atmospheric Fine Particulate Matter (PM2.5) and Glaucoma in a Large Community Cohort. Invest. Ophthalmol. Vis. Sci. 2019;60(14):4915-4923. https://iovs.arvojournals.org/article.aspx?articleid=2756049 

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.