Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Demain > Réflexions autour de la santé de demain > Vertiges : un nouveau médicament à l’essai

Vertiges : un nouveau médicament à l’essai

Développée par une société montpelliéraine, un médicament oral pour soulager les crises aiguës de vertiges entre en phase II d’essai clinique. Cette molécule, baptisée SENS-111, représente un bel espoir pour les patients qui en souffrent le plus.

Femme atteinte de vertiges

© Slphotography

Les crises de vertige peuvent se manifester par une sensation que l’environnement tourne, que les murs, plafonds et objets bougent, ou que le corps se déplace dans un environnement fixe. Dans tous les cas, il s’accompagne de nausées et vomissements.

Aussi soudaine qu’angoissante, la crise de vertige doit mener à consulter directement le médecin qui cherchera à en déterminer la cause. La prise en charge se fait ensuite en deux étapes : le traitement des symptômes d’abord, puis celui de l’atteinte vestibulaire qui repose le plus souvent sur une corticothérapie suivie parfois de kinésithérapie.

Un traitement prometteur pour les crises les plus sévères

La SENS-111, une nouvelle molécule développée par la société montpelliéraine de biotechnologie Sensorion, pourrait être utile pour soulager les symptômes de la crise vertigineuse. Après le succès de la phase 1b menée sur des volontaires sains, 207 patients souffrant de névrite vestibulaire ont été inclus pour cette nouvelle phase qui se déroule dans différents centres aux Etats-Unis, en Europe et en Corée du Sud. Les participants à l’essai reçoivent soit le SENS-111 soit une molécule placebo pendant quatre jours, la durée habituelle de la phase aiguë de la crise vertigineuse.

Sensation de vertige

© DashaR

La névrite vestibulaire, appelée aussi vestibulopathie unilatérale aiguë, est une maladie rare qui toucherait 3,5 à 15,5 personnes pour 100 000. Il s’agit d’une dysfonction brutale et prolongée du système vestibulaire périphérique. Elle a pour symptômes la survenue en quelques minutes d’un violent vertige rotatoire avec nausées et vomissements. La névrite vestibulaire est un modèle idéal pour les atteintes vestibulaires. Autrement dit, si l’essai montre un bénéfice du SENS-111 pour ces patients, il y a fort à parier que la molécule soit également efficace pour soulager les vertiges en général.

Comment fonctionne ce médicament ?

SENS-111 est un antagoniste des récepteurs H4 à l’histamine. En se fixant sur les récepteurs présents sur la membrane du neurone vestibulaire, il bloque son activité. À l’instar du Valium, SENS-111 est une molécule vestibuloplégique. Son principe est de diminuer l’activité vestibulaire du côté sain afin de réduire le déséquilibre entre les deux vestibules et ce faisant l’intensité des symptômes.

« Cela reste un traitement symptomatique mais qui présenterait cependant un intérêt pour les patients très mal pendant la phase aiguë du vertige » explique le Docteur Michel Kossowski, ORL au Centre Falguière à Paris, spécialisé dans l’exploration des vertiges et des troubles de l’équilibre de l’adulte. « D’autant plus qu’à la différence des traitements actuels, notamment le Valium, qui est efficace mais qui endort, il ne présenterait pas d’effet sédatif » poursuit-il.

Quant à la promesse que la molécule pourrait agir sur les acouphènes, il n’y a pas de données cliniques disponibles pour l’étayer. Cependant, Sensorion, structure issue de l’Inserm et spécialisée dans la recherche de médicaments-candidats pour l’oreille interne, étudie plusieurs molécules en essai clinique. « Pour les acouphènes, il faut à mon avis regarder du côté du SENS-401 qui vise à prévenir la destruction des cellules ciliées à l’origine d’une perte d’acuité auditive soudaine » estime le Dr. Kossowski. De très belles perspectives à suivre de près.

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.