Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Le point sur… > Focus sur un sujet clé en santé visuelle et auditive > Les verres optiques, reflet sur leur histoire

Les verres optiques, reflet sur leur histoire

Depuis le cristal de roche taillé jusqu’aux verres optiques anti-lumière bleue il s’est passé des siècles de progrès techniques et médicaux pour identifier, corriger et même prévenir les troubles de la vision. Le point avec des experts des lunettes d’hier et de demain.

©Karol Wójcik / EyeEm

« L’écrivain Pline l’Ancien rapporte que l’Empereur Néron regardait les combats de gladiateurs à travers une grosse émeraude pour protéger ses yeux du soleil » raconte Juliette Gerfault, responsable scientifique et culturelle du Musée de la lunette de Morez (39). Au XVe siècle, les personnes qui montaient sur des gondoles à Venise s’équipaient de lunettes spéciales : des monocles aux verres verts, une couleur qui atténuait l’intense lumière du soleil et ses reflets sur les eaux de la lagune. Il faudra attendre le début du XXe siècle pour que des verres solaires soient élaborés par Ray Ban. Qui a été le premier inventeur de la lunette ? La paternité de cette invention qui a changé la vision de l’humanité fait débat. Reste que l’histoire des verres optiques est liée à celle des progrès des hommes. Pour Juliette Gerfault, « la lunette est un objet du quotidien dont on n’imagine pas toutes les étapes nécessaires à sa fabrication et les évolutions au travers des siècles qui ont permis d’y arriver. »

Un essor qui suit celui de l’invention de l’imprimerie

Avant le XVe siècle et l’invention de l’imprimerie par Gutenberg, les moines copistes étaient la population la mieux équipée en verres correcteurs. Il s’agissait de verres biconvexes pour la presbytie. Puis, l’explosion de la production de livres et du nombre de lecteurs s’est accompagnée d’une demande importante de corrections.

Si pendant des siècles seule la presbytie a été corrigée, c’est aussi au XVe siècle qu’apparaissent les verres concaves pour les myopes. « Petit à petit, on a commencé à comprendre les différentes amétropies. En plusieurs siècles, les progrès liés à la science ont permis d’avoir la capacité de moduler le verre, et les progrès de la médecine ont permis de mesurer la vision des patients » indique Juliette Gerfault.

Quant à l’objet « lunette », il a lui aussi évolué. Au Moyen-Âge, on portait un seul verre, le « spectacle », devant l’œil. Puis, à partir du XVIe siècle, les verres ont été montés sur un matériau organique (corne, cuir bouilli, fanon de baleine) : le « pince-nez » était né. Inconfortable, celui-ci a été remplacé par le « face-à-main », qui permettait de tenir les deux verres devant les yeux grâce à une tige. D’autres formes plus insolites, associant les lunettes à des objets de la vie courante (tabatière, éventail, canne…), témoignent de la créativité du XVIIIe siècle. En France, la première paire de lunettes avec des montures vient de Morez : la légende locale veut qu’en 1796 un maître-cloutier, la spécialité de l’époque de cette ville, ayant cassé sa propre paire, a décidé de diversifier son activité en utilisant le fil de fer pour produire des lunettes. Jusque-là, la fabrication des lunettes était un savoir-faire anglais quasi-exclusif.

Le tournant des Trente Glorieuses

Les verres optiques sont d’abord fabriqués avec du béryl, une pierre transparente teintée, ou bien avec du quartz. À partir de 1300, les verriers italiens, en particulier ceux de Venise et de Murano, révolutionnent les verres qui seront pendant plusieurs siècles en… verre.

À la fin des années 1950, l’arrivée du plastique modifie considérablement le monde de l’optique. Exit le verre, bienvenue à une matière synonyme de légèreté, de résistance aux chocs et aussi de possibilité de traitements.

©FG Trade

Les traitements combinés sont apparus dans les années 1990 par dépôt de couches ultraminces grâce à des bombardements ioniques. Ils permettent de conférer des propriétés de transparence, mais aussi anti-rayure, anti-salissure et plus récemment anti-lumière bleue, pour protéger l’œil de la phototoxicité soupçonnée de favoriser l’apparition de la DMLA.

Le verre progressif, une invention française qui fête ses 60 ans

« Une de nos inventions majeures, c’est le verre progressif. Auparavant, les personnes devenues presbytes devaient utiliser soit la loupe, soit deux paires de lunettes pour celles ayant également besoin d’une correction pour leur myopie ou encore des verres avec pastille aussi inesthétiques qu’inconfortables » indique Emilie Derigny, responsable de la communication chez Essilor. Le verre progressif, qui permet de voir de loin comme de près sans segment grâce à un changement de puissance entre le bas et le haut du verre, fête cette année ses 60 ans. Comme la presbytie concerne tous les adultes à partir de 45-50 ans, on mesure la portée de cette trouvaille.

Que seront les verres de demain ?

Chez Essilor, remédier à la fatigue visuelle numérique et protéger les yeux de la lumière bleue font partie des axes de recherche importants. « Il faut savoir que le système visuel est celui qui vieillit le plus vite. Avec le vieillissement de la population, il est impératif pour nous de trouver des solutions pour protéger le capital visuel, pour qu’il soit fonctionnel le plus longtemps possible » explique Emilie Derigny. « Je suis sûre que vous avez des lunettes de soleil, demain, on aura tous des lunettes pour écran. Cela nous paraîtra normal. » Dans un avenir plus lointain, Emilie Derigny imagine que les verres électrochromiques, qui foncent sur commande, feront partie de notre quotidien.

Les lunettes, objets de mode

Le Musée de la lunette de Morez, une ville jurassienne bien connue pour cette spécialité industrielle, accueille une exposition temporaire sur la lunette comme accessoire de mode. Une cinquantaine de paires y sont présentées jusqu’au 29 octobre 2019. Pour les montures, le progrès technologique a également joué un rôle déterminant. « C’est l’arrivée de l’acétate de cellulose qui a permis de créer des montures de toutes les couleurs et de toutes les formes » explique Juliette Gerfault. « À partir des années 1950, les couturiers ont commencé à s’associer avec des fabricants ». Les premiers imaginaient, les seconds réalisaient. Les lunettes ne sont plus seulement des objets médicaux mais sont devenues des accessoires de mode à part entière avec des tendances.

Pour en savoir plus : http://www.musee-lunette.fr/ 

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.