Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Actualité > Actu en direct > Acouphènes, le (lourd) prix à payer

Acouphènes, le (lourd) prix à payer

Entendre en permanence des bruits fantômes n’impacte pas que la santé mentale. Cela peut aussi avoir de lourdes conséquences sur son budget. C’est ce que montre une récente enquête des associations Journée Nationale de l’Audition et France Acouphènes.

Etude sur le coût des acouphènes1079,85€. S’il n’y avait qu’un chiffre à retenir de cette étude, ce serait celui-là : le reste à charge moyen par patient et par an. Cela inclut les consultations, les médecines alternatives comme l’ostéopathie ou l’acupuncture, l’appareillage auditif et les masqueurs d’acouphènes… C’est un des enseignements de cette enquête à laquelle ont répondu 1 563 personnes, entre octobre 2023 et février 2024.

Au-delà de leur coût conséquent, les acouphènes s’immiscent aussi dans la vie professionnelle, pas toujours pour le meilleur. 16 % des répondants ont ainsi eu au moins un jour d’arrêt par an. Et la médiane est de 15 jours d’arrêt ! 19 % (hors étudiants et retraités) déclarent une perte de revenus de 2 000€, et jusqu’à 4 000€ en Île-de-France. 11,4 % ont même été contraints de changer d’emploi à cause de leurs symptômes, et 19,2 % ont obtenu une reconnaissance de leur handicap. Comme le précise l’enquête, l’obtention du statut de travailleur handicapé se base sur la surdité, ou les troubles anxio-dépressifs, mais pas sur les acouphènes eux-mêmes. C’est un problème depuis longtemps dénoncé par les associations concernées. Alors que les acouphènes ne sont pas, aujourd’hui, reconnus par les pouvoirs publics comme un handicap invisible et invalidant, les associations espèrent que cette enquête mettra fin à cette absence de reconnaissance. Le sujet est loin d’être anecdotique : en France, plus de 8 millions de personnes souffrent d’acouphènes.

Les responsables pas toujours démasqués

L’enquête révèle aussi que la cause des acouphènes n’a été identifiée que pour un répondant sur deux (52,8 %). Parmi ceux dont la cause a été trouvée, chez les moins de 50 ans, le responsable est le plus souvent un traumatisme acoustique. Chez les personnes âgées, l’apparition est plus progressive, et intimement liée à la presbyacousie, perte auditive liée à l’âge. Selon l’Inserm, les acouphènes sont associés à des pertes auditives dans environ 80 % des cas. Quand les fibres nerveuses auditives sont abîmées (par une perte auditive), le cortex auditif essaie de compenser. Le système nerveux central peut alors interpréter comme des sons les activités anormales générées le long de la voie auditive, alors même qu’il n’y a aucune stimulation acoustique extérieure. L’âge moyen des personnes lors des premiers symptômes est de 41,4 ans. Mais il faut attendre en moyenne 7 longues années aux patients avant d’avoir une première consultation, et 9 ans pour une prise en charge satisfaisante. Autant de chiffres matière à réflexion, alors qu’une prise en charge précoce permettrait assurément de réduire la double peine, morale et économique…

Accédez à l’étude

Logo Optic 2000 Se rendre sur le site du Groupe Optic 2000
Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.