Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Actualité > Actu en direct > Une aiguille nouvelle génération pour injecter des médicaments dans l’œil

Une aiguille nouvelle génération pour injecter des médicaments dans l’œil

Pourquoi faire une piqûre dans l’œil ? Pour traiter des pathologies, telles que la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Indispensable donc, mais pas dénué de risques. Raison pour laquelle des chercheurs ont imaginé une nouvelle aiguille.

L'aiguille peut être fabriquée sur mesure, avec différentes longueurs, pour que le médicament atteigne très précisément sa cible, dans les tissus de la rétine, ou ailleurs dans le globe oculaire.

L’aiguille peut être fabriquée sur mesure, avec différentes longueurs, pour que le médicament atteigne très précisément sa cible, dans les tissus de la rétine, ou ailleurs dans le globe oculaire.

La bélénophobie, c’est le nom donné à la peur des aiguilles. Une phobie largement partagée dans la population, même quand il s’agit simplement de donner son sang, ou de se faire vacciner. Quand l’aiguille est introduite dans le blanc de l’œil (la sclère), c’est pire. Mais, parfois, c’est la solution la plus efficace, comme pour la DMLA. Dans sa forme humide, quand de nombreux vaisseaux sanguins se développent autour et en arrière de la macula, on injecte directement dans l’œil, avec une aiguille très fine, sous anesthésie locale, un médicament dit anti-VEGF (vascular endothelium growth factor), qui va bloquer le développement des néovaisseaux. La rétinopathie diabétique -ou quand l’excès de sucre dans le sang entraîne, à long terme, des des saignements sur la rétine- est elle aussi soignée avec des injections intravitréennes, c’est-à-dire directement à l’intérieur de l’œil.

L’infection bactérienne, au niveau du site d’injection, est l’un des principaux risques. D’autant plus quand les injections doivent être répétées, à intervalles réguliers. . Des chercheurs de l’Institut Terasaki pour l’Innovation Biomédicale, à Los Angeles, ont conçu une micro-aiguille biodégradable pour améliorer cette injection de médicaments dans l’œil, tout en limitant les complications. Cette aiguille conçue par les chercheurs est extrêmement fine. Elle doit être trempée dans le médicament, avant d’être insérée dans l’œil du patient, ce qui a pour effet de libérer le produit. Et ce n’est pas tout. Sur l’aiguille, un hydrogel, qui scelle immédiatement après l’injection le trou d’insertion. Celle-ci peut être fabriquée sur mesure, avec différentes longueurs, pour que le médicament atteigne très précisément sa cible, dans les tissus de la rétine, ou ailleurs dans le globe oculaire.

Le produit est pour l’instant en phase d’essais précliniques, il faudra attendre plusieurs années pour qu’ils soient mis sur le marché, si tout se passe bien. Les tests sur les cochons se sont révélés concluants. L’étude a été publiée le 22 février 2022 dans la revue Advanced healthcare materials.

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.