Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Paroles d’experts > Entretiens avec des experts reconnus > Covid-19 - « Nous ne savons pas tout des liens entre virus et audition »

Covid-19 - « Nous ne savons pas tout des liens entre virus et audition »

De nombreux virus entraînent des atteintes auditives, un thème abordé par le prochain rapport de la Société Française d’ORL (SFORL), qui fera notamment mention de la Covid-19. Corédactrice de l’ouvrage, le Pr. Natacha Teissier, praticien hospitalier à l’hôpital Robert Debré travaille sur les atteintes vestibulaires et auditives consécutives à une infection par cytomégalovirus (CMV).

Homme qui porte un masque

©Chatchai Thalaikham / EyeEm

– Que sait-on aujourd’hui des atteintes auditives d’origine virale ?

Pr. Natacha Teissier : Les atteintes virales sont différentes selon le moment de la vie et le virus en cause. Par exemple, au stade anténatal (avant la naissance) de nombreux virus peuvent engendrer une altération de la fonction auditive ou des conséquences neurologiques graves : CMV, rubéole, Zika… On estime que 20 à 30 % des surdités à la naissance sont dues à ces infections virales anténatales [1]. Le CMV, un virus de la famille des herpès, virus qui provoque le plus souvent des infections inoffensives, en est la principale cause. Plus tard dans l’enfance ou pendant l’âge adulte, d’autres virus peuvent entrainer une surdité dans le cadre de manifestations plus ou moins marquées : le VIH, le virus varicelle-zona ou encore l’herpès.

Chaque virus a une manière différente de provoquer des lésions cellulaires. Certains virus sont directement toxiques pour les cellules de l’oreille interne ; c’est le cas par exemple de la rubéole qui entraîne une destruction majeure des cellules neurosensorielles. Ce virus peut être grave chez la femme enceinte en raison du risque élevé d’anomalies fœtales. Heureusement, grâce à la vaccination, la majorité des femmes sont maintenant protégées et nous rencontrons très peu de rubéoles congénitales en France. Le CMV, qui est au cœur de mes recherches, agit différemment. Il a notamment une affinité particulière pour infecter les cellules de la strie vasculaire (couche de cellules qui tapisse le canal cochléaire dans l’oreille interne). Ces cellules jouent un rôle important dans le recyclage du potassium. Si cette fonction est affectée, les cellules neurosensorielles dégénèrent à cause d’un manque de potassium dans le milieu qui les baigne et n’assurent plus la transduction de l’information sonore. Le virus n’attaque donc pas directement les cellules neurosensorielles, mais le tissu de soutien et environnant qui assure le maintien des conditions idéales.

– Et qu’en est-il des atteintes virales qui surviennent après la naissance ?

Pr. NT : Ces mêmes maladies peuvent entrainer des surdités plus tard, de même que la rougeole ou les oreillons. D’autres virus sont également accusés de pouvoir induire des surdités brusques (perte brutale de l’audition). Ainsi, on postule que le virus de l’herpès pourrait être responsable de telles surdités. Dans les faits, les liens entre les virus et l’audition sont parfois encore mal connus. Nous avons des données, mais les études ne nous permettent pas toujours d’affirmer la responsabilité d’un virus dans un ensemble de symptômes donné. Est-ce par un mécanisme neuropathique – c’est-à-dire affectant le système nerveux ou le nerf – induit par le virus ? Est-ce une conséquence de l’hypoxie – apport insuffisant en oxygène au niveau des tissus – entrainée par l’infection ? Ou encore de la réaction inflammatoire qui l’accompagne ? Nous ne sommes pas toujours en mesure de le dire. On avance timidement dans la compréhension des mécanismes en cause. Tout l’intérêt du rapport que nous préparons sera de faire le point sur les études portant sur ces questions et donner des débuts de réponses. Les conclusions seront disponibles au congrès de la SFORL en 2021.

« Dans le cas de la Covid-19, la situation est un peu différente des autres maladies virales, tant les symptômes et les lésions organiques provoqués par le virus sont variés. »  

– Qu’en est-il du SARS-Cov2, responsable de la Covid-19 ? La presse s’est faite l’écho de surdités brusques survenues chez des patients touchés par l’infection, mais également de pertes auditives restreintes à certaines fréquences ou encore d’acouphènes provoqués par la maladie.

Pr. NT : Quand nous avons choisi le thème du rapport 2021 il y a deux ans, nous n’imaginions pas que nous serions confrontés à la pandémie actuelle ! Il est clair que nous y consacrerons tout un chapitre. Mais pour le moment, il est très difficile de tirer des conclusions très claires sur le sujet.

Dans le cas de la Covid-19, la situation est un peu différente des autres maladies virales, tant les symptômes et les lésions organiques provoqués par le virus sont variés. Il semble qu’il puisse y avoir des atteintes à différents niveaux du système auditif : on évoque des atteintes cérébrales, directement au niveau des centres de l’intégration de l’information auditive en particulier les lobes temporaux. On sait en effet que les récepteurs ACE2 par lesquels le virus entre dans les cellules sont notamment très présents dans le tronc cérébral et le lobe temporal. Le virus pourrait donc être responsable de surdités centrales (dues à une déficience au niveau du système nerveux central).

Mais il pourrait également induire des pertes auditives par des mécanismes vasculaires en particulier chez les personnes âgées. L’altération de l’hémoglobine entraine la formation de thrombus ; ces petits caillots de sang coagulé pourraient venir obstruer les petits vaisseaux qui irriguent la cochlée dans l’oreille interne. De plus, le déficit d’apport en oxygène dû à l’altération pulmonaire pourrait être responsable d’atteintes auditives comme chez le nouveau-né : les enfants présentant un déficit d’oxygénation à la naissance (hypoxie néonatale) peuvent développer une surdité sur les hautes fréquences d’ondes sonores.

On peut également soupçonner la Covid-19 de provoquer des surdités de transmission (liées à une atteinte de l’oreille moyenne), notamment parce qu’elle favorise, dans un contexte inflammatoire majeur, la survenue d’otites séreuses. Dans ce cas l’oreille moyenne est inflammatoire, et un liquide plus ou moins épais s’y accumule, affectant la transmission du son vers l’oreille interne. Nous avons pour le moment une multitude d’hypothèses, qui pourraient expliquer ces cas rapportés par la littérature de surdités et d’acouphènes consécutifs à la Covid-19. Mais d’autres mécanismes pourraient aussi expliquer ces surdités, tout cela, c’est de la théorie ! Ce qui nous permettra de confirmer ou d’infirmer nos hypothèses, ce sont des études notamment autopsiques de patients.

« Nous n’avons pas l’impression que l’impact de la Covid-19 sur l’audition soit majeur. Il existe probablement, mais la fréquence des troubles auditifs dans ce contexte reste rare. »

– La connaissance du risque de surdités et d’acouphènes post Covid-19 pourrait-elle amener à modifier la prise en charge de l’infection virale ?

Pr. NT : Je ne le pense pas. Tout d’abord parce que nous n’avons pas l’impression que l’impact de la Covid-19 sur l’audition soit majeur. Il existe probablement, mais la fréquence des troubles auditifs dans ce contexte reste rare. Ce n’est pas comme les troubles olfactifs que l’on a pu décrire, dont la prévalence semble bien plus élevée. Par ailleurs, les corticoïdes (médicaments anti-inflammatoires) sont le traitement principal des surdités brusques. Or c’est également l’approche thérapeutique aujourd’hui validée pour diminuer les symptômes graves de la Covid-19.

Sans préjuger de ce qui sera écrit dans le rapport, je crois qu’il faut se prémunir contre le risque d’emballement. Nous essayons de débrouiller le vrai du faux car il existe de très nombreuses publications sur le thème de cette pandémie. Une chose reste certaine : les virus impliqués ou potentiellement impliqués dans les pathologies neurosensorielles ORL sont nombreux, chacun a son mécanisme, sa porte d’entrée, ses affinités… Le rapport 2021 de la SFORL ne fera qu’ébaucher des débuts de réponse.

 

[1] AP-HM – Surdités acquises http://fr.ap-hm.fr/site/orl-pediatrique/pathologies/audiologie/surdites-acquises (consulté le 30/11/2020)

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.