Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Le point sur… > Focus sur un sujet clé en santé visuelle et auditive > Jouets à risque pour la vue et l’audition des enfants sous le sapin : conseils et nouvelles mesures dès 2022

Jouets à risque pour la vue et l’audition des enfants sous le sapin : conseils et nouvelles mesures dès 2022

Ils chantent, klaxonnent, aboient, clignotent, scintillent… Les meilleurs jouets présentent-ils des risques pour la santé ? Très attrayants pour les enfants, représentant une véritable expérience sensorielle favorable à leur développement, ils peuvent néanmoins exposer le système auditif et visuel à des atteintes non négligeables.

Les Jouets

Crédit image : Getty Images

Attention aux jouets qui cassent les oreilles des enfants !

Un environnement sonore riche et varié contribue au développement de l’enfant. D’ailleurs, les jouets émettant des sons font partie de ceux que les adultes offrent volontiers aux petits. Cela dit, la voiturette, le livre musical, le téléphone ou encore la poupée qui parle doivent répondre à certaines exigences de sécurité.

Dès 2009, l’Union Européenne a mis en place une Directive sur la sécurité des jouets pour enfants¹ (Directive 2009-48-CE). Un grand nombre de ces mesures concernent le risque auditif. L’UE appelle les fabricants de jouets à respecter les valeurs maximales pour les impulsions sonores et les sons prolongés, définies par le Comité de normalisation européen, afin de ne pas endommager l’ouïe des enfants. La Commission Européenne a publié en 2019 une norme harmonisée² afin de rendre ces exigences plus claires.

En France, la norme NF EN 71-1³ pour les jouets sonores indique que le bruit moyen du jouet ne doit pas dépasser 85 décibels (dB), ce qui correspond au niveau sonore d’une tondeuse à gazon. Reste que dans la réalité, le niveau sonore des jouets peut être bien plus élevé. Ainsi, en 2007, des chercheurs de l’Université californienne d’Irvine⁴ ont mesuré le niveau sonore de 17 jouets très populaires outre-Atlantique : ils ont découvert que 15 d’entre eux dépassaient les 85 dB.

Côté français, le magazine 60 millions de consommateurs⁵ s’était prêté au même exercice en décembre 2012 avec les mêmes résultats. De quoi s’inquiéter car l’exposition à des sons trop élevés représente un risque pour la santé auditive à tout âge. Sauf que les enfants ont un système auditif bien plus fragile et plus sensible aux sons élevés. L’exposition à des bruits forts et répétés peuvent occasionner une fatigue qui donne à l’enfant l’impression d’avoir les oreilles bouchées et l’empêche de bien entendre. Cette fatigue peut aussi causer des acouphènes. A la longue, une exposition répétée aux bruits forts peut entrainer des troubles auditifs comme l’hyperacousie (hypersensibilité aux sons, perception du son comme étant plus fort qu’en réalité) ou l’hypoacousie (à l’inverse, l’hypoacousie est une perte d’audition partielle, une mauvaise perception des sons).

Quelques conseils pratiques !

Alors que faire ? Pour éviter les risques d’affecter la capacité auditive de l’enfant, le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance français propose une liste de conseils⁶ :

  • Vérifier le marquage « CE » par lequel le fabricant de jouet certifie que ses produits ont été réalisés conformément aux exigences de sécurité de la législation européenne.
  • Vérifier la classe d’âge à laquelle est destiné le jouet (certains jouets sont interdits ou déconseillés aux enfants de moins de trois ans) de façon à acheter des jouets adaptés à l’âge de l’enfant.
  • Lire attentivement les recommandations et mises en garde figurant sur l’étiquetage ou l’emballage.
  • Privilégier les jouets dont on peut contrôler le volume et varier les sonorités afin de moduler les sons.
  • Tester le son du jouet dans le magasin avant de l’acheter. Approcher pour cela le jouet au maximum de votre oreille : l’enfant garde rarement le jouet à bout de bras, au contraire, il va parfois jusqu’à le coller à son oreille.
  • Si un jouet émet un son pénible pour l’oreille d’un adulte, enlever le son. Autrement dit, si un son est trop agressif pour une oreille adulte, il l’est certainement encore plus pour celle d’un enfant. L’enfant ne sait pas reconnaitre une situation dans laquelle l’intensité sonore à laquelle il s’expose est trop élevée pour son système auditif, en comparaison avec l’adulte, ce qui le rend plus vulnérable. En effet, c’est à partir de 5 ans que l’enfant détecte les fréquences aigues comme l’adulte et à partir de 10 ans les fréquences graves.
  • Eviter d’utiliser un jouet sonore dans un environnement déjà bruyant (musique, télévision allumée…). Les enfants peuvent s’habituer tôt à des niveaux sonores élevés ce qui peut entrainer plus tard des difficultés à supporter un environnement calme et des troubles de l’attention.
  • Eviter une exposition aux bruits trop longue. La dose de bruit dépend du volume et de la durée d’écoute : plus on écoute fort, plus la durée d’écoute doit être courte. En effet, les jouets sonores qui émettent des sons de plus de 100 dB peuvent provoquer des troubles du système auditif des enfants après seulement 2 minutes d’exposition.

De l’importance de la voix

Comment apporter l’attrait du son aux enfants sans utiliser un écran ? Podcasts et boîtes à histoires parient sur l’audition pure pour capter la curiosité des enfants. Valérie Latour-Burney, directrice éditoriale de Joyeuse, start-up proposant une alternative numérique aux écrans, notamment pour l’accès aux contenus et aux savoirs, explique le principe des boîtes à histoires conçues par la start-up française depuis trois ans. « La conteuse merveilleuse est un cube audio, avec lequel l’enfant est en autonomie et en répétition constante. Chaque face du cube est dédiée à un univers : les contes, les comptines, les histoires du soir, un abécédaire… ». Valérie Latour-Burney propose des voix nues a cappella, sans accompagnement instrumental ni bruitage, pour mieux nouer une interaction avec l’enfant. « Ce n’est pas une lecture dépersonnalisée, le lecteur parle directement dans l’oreille de l’enfant » précise-t-elle, consciente du rôle de ces histoires pour l’acquisition du langage. L’utilisation de la voix dans les jouets pour enfant est une façon ludique d’accompagner et de divertir les enfants au quotidien tout en leur permettant de développer leur vocabulaire et l’imagination. En 2018, Audible, application de livres audio, a financé une étude mesurant « l’influence des récits auditifs sur la physiologie ». Ses résultats montrent que l’écoute seule provoque une réponse physique et émotionnelle plus forte que l’image.

Des yeux d’enfants protégés des lumières bleues en 2022

Les jouets contribuent au développement de la mémoire visuelle, de la reconnaissance des formes, de la coordination œil-main ainsi que de la visualisation. Néanmoins, les sons émis par les jouets ne sont pas les seuls dangers auxquels sont exposés les enfants ! Il existe aussi un risque visuel, provenant des lumières des jouets, des flashs et autres écrans de plus en plus utilisés par les petits. Ce risque est d’autant plus présent dans les jouets contenant des LED émettant de la lumière bleue. En mai 2019, un rapport détaillé de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) confirmait la toxicité de cette lumière sur la rétine et mettait en évidence des effets de perturbation des rythmes biologiques et du sommeil liés à une exposition le soir ou la nuit à la lumière bleue, notamment via les écrans et en particulier pour les enfants. A l’occasion de la présentation du quatrième plan national Santé Environnement en mai dernier, la ministre de la Transition Ecologique, Barbara Pompili, annonçait sur France Info⁷ que les lumières bleues les plus dangereuses seraient interdites dans les jouets pour les enfants de moins de 10 ans à partir de 2022. Barbara Pompili affirme : « Nous allons cibler les jouets destinés aux enfants de moins de 10 ans, puisque c’est à cet âge qu’il y a le plus de risques. On est sur le principe de précaution, ces jouets seront donc retirés en raison de leurs possibles effets sur la santé des enfants ». Elle encourage également à diminuer l’exposition aux écrans : « En attendant, essayons d’éviter de mettre nos enfants devant des tablettes au moment du coucher ».

Pourquoi ? Parce que le cristallin des enfants, encore immature, ne peut pas jouer son rôle optimal de filtre, qui protège la rétine.

Sources :

Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.