Optic 2000 - Observatoire de la santé visuelle & auditive
Accueil > Le point sur… > Focus sur un sujet clé en santé visuelle et auditive > La myopie, une épidémie mondiale

La myopie, une épidémie mondiale

Ils sont de plus en plus nombreux, ces enfants qui, assis au fond de la classe, n’arrivent pas à lire ce qui est écrit au tableau. Un enfant a bien plus de risques d’être myope si l’un de ses parents ou les deux le sont, mais la génétique est très loin d’expliquer à elle seule l’épidémie de myopie dont s’alarment les spécialistes.

Petit fille qui écrit en classeSelon l’Organisation mondiale de la Santé, une personne sur deux dans le monde sera myope en 2050. Ce trouble de la réfraction se traduit par une vision nette de près mais floue de loin. La France, qui est passée de 15% de myopes en 1950 à 40% en 2020, n’est pas épargnée.

« La faute à notre changement de mode de vie », analyse le Dr Véronique Krafft, ophtalmologue à Nancy, vice-présidente du Syndicat National des Ophtalmologistes de France (SNOF). « Le soleil protège de la myopie, or nous sortons de moins en moins. » La lumière naturelle stimule en effet la fabrication de dopamine, un neurotransmetteur qui empêche un allongement excessif de l’œil pendant l’enfance et l’adolescence. Or, la myopie est une maladie de l’œil trop long. « Il faudrait que les enfants et les adolescents passent plus de 2 heures par jour dehors. On en est loin. »

Un autre facteur explique cette épidémie de myopie : « les écrans. Les tablettes, smartphones… sur lesquels les enfants passent énormément de temps. Le problème, c’est qu’ils tiennent ces écrans à quelques centimètres de leurs yeux, ce qui entraîne un excès d’accommodation. » L’accommodation, c’est en quelque sorte similaire à la mise au point d’un appareil photo : le mécanisme qui permet de choisir le plan où l’image sera nette. Cette vision de près fatigue l’œil. « Dans l’idéal, il faut respecter une distance d’au moins 30 centimètres entre ses yeux et son écran, ou son livre. »

Évolution de la myopie : causes et conséquences

Voir flou de loin, rien de grave ? Malheureusement, ce n’est pas toujours vrai. « Beaucoup pensent qu’être myope, c’est juste devoir porter des lunettes. En réalité, au-delà de -6 dioptries, la myopie est forte, dite « pathologique ». Cet allongement excessif de l’œil myope fragilise la rétine. Cela peut entraîner de nombreuses complications à l’âge adulte, comme un décollement de rétine, ou une forme de dégénérescence maculaire. Le myope fort est souvent malvoyant, même avec des lunettes ou des lentilles. Dans les cas les plus graves, cela peut mener à la cécité », alerte le Dr Krafft.

Ralentir l’évolution de la myopie quand il est encore temps –« entre 7 et 12 ans, c’est l’âge pendant lequel la myopie évolue le plus »– a surtout pour but de diminuer le risque de développer une myopie forte, et donc, d’échapper ainsi à de potentielles graves complications. D’où l’importance de dépister le plus tôt possible la myopie, pour pouvoir la prendre en charge sans tarder. Or, un enfant qui voit mal de loin, cela ne se voit pas forcément ! C’est donc aux parents de rester vigilants. Leur enfant plisse les yeux pour regarder la télé, se plaint de ne pas voir le tableau en classe, ou a souvent mal à la tête à la fin de la journée ? En cas de doute, il faut prendre rendez-vous chez l’ophtalmologue pour faire le point. « De manière générale, l’enfant devrait voir ce spécialiste une fois par an quand tout va bien, une fois tous les six mois en cas de myopie évolutive. »

Selon la Haute autorité de Santé, 510 000 enfants de 6 à 15 ans en France ont une myopie évolutive. Pourtant, seule une minorité d’entre eux bénéficient de dispositifs pour ralentir l’évolution de cette myopie.

Comme solution, les verres de freination

« Aujourd’hui, nous avons des solutions pour ralentir ou stopper la progression de la myopie, ce serait vraiment dommage de s’en priver. Elles marchent très bien, c’est une révolution », s’enthousiasme le Dr Krafft. « La myopie, ça se freine », c’était d’ailleurs le thème de la deuxième édition de la « Semaine nationale de la myopie », qui a eu lieu du 20 au 26 novembre. Les lunettes de correction optique permettent à l’enfant de sortir du flou, mais n’empêchent pas l’œil de continuer à s’allonger. Ce n’est pas le cas des verres de freination, encore trop méconnus en France. « Je les prescris dès qu’une myopie apparaît. Ces verres de freination agissent à la fois sur les rayons de la vision centrale mais aussi sur ceux de la vision périphérique qu’ils font converger en avant de la rétine. Ceci a pour effet d’empêcher l’œil de s’allonger. Pour être efficaces, l’enfant doit les garder au moins 12 heures par jour. »

Orthokératologie et atropine, quèsaco ?

Derrière l’orthokératologie, se cachent des lentilles rigides à porter la nuit. Elles font pression pour réduire la courbure de la cornée. Au réveil, l’enfant voit net. L’orthokératologie concerne les myopies légères à moyennes, jusqu’à -6 dioptries. L’effet est temporaire puisque la cornée reprend progressivement sa forme initiale. Chaque nuit, il faut renouveler l’opération. Cette technique réduirait de 40 à 70% la progression de la myopie, selon les études. « Mais l’enfant doit être suffisamment grand -généralement, au-delà de 10 ans- pour être capable de respecter les règles d’hygiène pour manipuler ses lentilles. »

Autre possibilité, des gouttes d’atropine à mettre dans les yeux tous les soirs. Très faiblement dosé, à 0,01% ou 0,05%, ce collyre permet de freiner la myopie chez les jeunes, avec un risque minime d’effets secondaires. « Mais il n’est délivré en France que par certaines pharmacies hospitalières. »

Pour les beaux yeux de nos enfants

Et même si toutes ces solutions sont très efficaces pour freiner la myopie, il ne faut surtout pas négliger le mode de vie. Selon le Baromètre de la myopie en France (Ipsos pour l’Institut d’éducation médicale et de prévention, juillet 2023), seuls 32% des Français considèrent que limiter le temps passé sur les activités sollicitant la vision de près peut vraiment agir sur la myopie. De même, seuls 26% savent que le fait de passer au moins 2 heures par jour en extérieur permet de prévenir ou ralentir la myopie. Or, exposer les enfants au moins 2 heures par jour à la lumière naturelle -par exemple en allant à l’école à pied, ou en faisant une partie de foot après la sortie des classes- et limiter leur temps passé sur les écrans (moins de 30 minutes par jour) sont deux manières simples, mais très efficaces, de freiner la myopie.

Logo Optic 2000 Se rendre sur le site du Groupe Optic 2000
Ne manquez pas les derniers articles de l'Observatoire de la santé visuelle et auditive.
> Inscrivez-vous à la Newsletter mensuelle.